Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


Mais C'est Où ?

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

Rétroviseur

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

Les Plus Du Service Pop Hits

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 18:00

undefinedLe téléphone pleure

Allô ?
Ecoute :maman est près de toi ?
Il faut lui dire: "Maman, c'est quelqu'un pour toi"
Ah! C'est le monsieur de la dernière fois
Bon, je vais la chercher
Je crois qu'elle est dans son bain
Et je sais pas si elle va pouvoir venir

Dis-lui, je t'en prie, dis-lui c'est important
Et il attend
Dis, tu lui as fait quelque chose à ma maman ?
Elle me fait toujours des grands signes
Elle me dit toujours tout bas: "Fais croire que je suis pas là"

Raconte-moi comment est ta maison?
Apprends-tu bien chaque soir toutes tes leçons?
Oh oui! Mais comme maman travaille
C'est la voisine qui m'emmène à l'école
Il y a qu'une signature sur mon carnet
Les autres ont celle de leur papa, pas moi

Oooooh dis-lui que j'ai malundefined
Si mal depuis six ans
Et c'est ton âge, mon enfant
Ah non! Moi, j'ai cinq ans
Eh! dis, tu la connaissais ma maman avant ?
Pourtant elle m'a jamais parlé de toi
Tu restes là hein ?

Le téléphone pleure quand elle ne vient pas
Quand je lui crie: "Je t'aime"
Les mots se meurent dans l'écouteur
Le téléphone pleure,
Ne raccroche pas
Je suis si près de toi avec la voix

Seras-tu aux prochaines vacances à l'hôtel Beau-Rivage ?
Aimes-tu la plage ?
Oh oui! J'adore me baigner
Maintenant je sais nager
Mais dis donc, comment tu connais l'hôtel Beau-Rivage ?
Tu y a été toi, à Sainte Maxime ?

Ooooooh! Dis-lui toute ma peine,
Combien toutes les deux, moi, je vous aime
Je vous aime !
Tu nous aimes ?
Mais je t'ai jamais vu, moi
Et qu'est-ce que t'as ?
Pourquoi t'as changé de voix ?
Mais tu pleures, pourquoi ?

Oui, le téléphone pleure pour la dernière fois
Car je serais demain au fond d'un train

Dis, mais retiens-la
Mais elle s'en va!
Allons insiste!
Elle est partie
Putain mais fais un effort p'tite conne ! euh...
Si elle est partie, alors tant pis
Au revoir, monsieur
Au revoir, petite


La fureur électrique comme alpha et oméga du rock : c'est quand même béta de se griller les coucougnettes dans son bain quand on est l'Elvis de la variétoche hexagonale. Aux derniers soubresauts hivernaux de cette année 2008 et vus les sandwiches de Magnolias entre deux tranches de Lundis au soleil assaisonnés de Mal aimé sauce Belles belles belles que les productions audiovisuelles offrent à bouffer jusqu'aux derniers dégueulis de leurs téléspectateurs
undefinedcoprophages de sagas tragiques et de destins brisés en pleine fulgurance du énième retour, il serait couillon de céder à la panique et d'agonir de fiel ces fières commémorations patrimoniales en de mesquins billets glaviotant à l'encan sur le fleuron de la francophonie chantante. Mesquinerie dont nous ne sommes pas coutumiers, ceci allant de soi. Et pourtant...

Comment ? Alors voici un homme, chantre de la libre entreprise, créateur de labels musicaux et journaux de qualité, interprète aux mille visages des banales tribulations populaires en de guillerettes et néanmoins profondes ballades, Saint-Georges des soutien-gorges secrétariaux décapsulés par les expirations stridentes de fanatiques vieilles filles et manqués garçons, prince de la blondeur Régé en un inamovible négligé capillaire aux volutes naturellement vaporeuses, oui, ce Cadoudal des plèbes midi-premièriennes tenant la dragée haute aux moqueries germano-pratines et roquénefolesques réunies ne pourrait-il enfin reposer au plus haut de la Montagne Sainte-Geneviève, en une salle pailletée et lamée, rutilante de dégoulinades lumineuses et tourneboulées au gré des vacillations d'un pendule foucaldien à facettes, là, reposant en cet ultime  sanctuaire parmi les dieux de la patrie qui reconnaîtrait enfin sa splendeur éroto-bélante pour des siècles des siècles, amen ? "Entre ici Claude François, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les baignoires sans avoir chanté une dernière fois , comme toi ; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant chanté ". Waow, j'imagine la classe. Quel Philippe Manœuvre saura faire vibrer nos rectums en si grave hommage ?

madonne1.jpgNon ! Plus jamais nous n'aurons la mémoire qui flanche ! Collectivement, célébrons les glorieuses expurgences des années septantes où chacun de nous repartira porter son petit fardeau personnel du souvenir adopté d'un martyr qu'il ne faut oublier, en prenant bien soin de passer avant la sortie par la librairie-boutique-espace multimédia de ces historiaux florissant aux six coins de l'Hexagone (oui, six : rétablissons une vérité mathématique trop souvent foulée aux pieds d'une méthode globale dégénérative). Et allons-y pour un ch'ti dévédé des meilleurs apparitions télévisées de telle vedette variétale, et aussi pour ce calendrier de l'avent avec des vrais morceaux de reliques à sucer à chaque station du pélerinage mémoriel, ou encore pour cette collection de toute beauté des 4 mugs décorés du minois de notre idole disparue brossé par un mauvais Bernard Buffet (euh... par Bernard Buffet en fait) et colorisé façon Warhol par un tâcheron sorti du BTS imagier 3D de l'école internationale de graphisme multimédia d'Angoulême. Et puis encore deux ou trois cartes postales et la série de timbres spécialement surfacturés 50 centimes au profit des petits myopathes à la croix de bois, ça fera quarante-huit-euros-trente-meussieur -ah-nan-désolé-on-prend-pas-les-chèques-ni-les-tickets-resto. Alors, chacun reparti dans ses pénates pourra célébrer le souvenir de son héros pendant une semaine, jusque la prochaine commémoration qui nous jettera dans des queues d'expositions exceptionnelles des halls d'hôtel de ville à la gloire d'une autre figure de notre culture tricolore.

madonne2.jpg
S'égrènent chaque semaine en des chapelets lacrymaux télévisuels les obligatoires panégéryques des Muriel Robin et autres Line Renaud, dignes succésseurs d'un Jean-Claude Brialy qui n'avait pas son pareil pour rallumer le souvenir des soldats de nos bonheurs passés lors de subtiles nocturnes télélarmoyants,
daniele_gilbert_article_big.jpgorchestrés par les magnétoscopes de Françoise Coquet et garnis de l'ondulente mélopée plaintive d'un Michel Drucker sirupant sa litanie de glorieux et néanmoins humbles dithyrambes de nos vedettes trop tôt disparues. Tous ses amis sont là. Le président de la république émet une dépêche AFP pour pleurer le grand homme ou la grande dame. Ses camarades des Grosses têtes, tout de blanc vétus, car c'est ce qu'il aurait voulu, témoignent de l'honneur qu'ils ont eu de porter son cercueil au sortir de l'Église de Saint-Germain-des-Prés, se refusant de laisser échapper toute larme de leurs noires bésicles, parce qu'il ne faut pas le pleurer mais célébrer sa joie de vivre qui ne nous quittera jamais, car encore une fois, c'est ce qu'il aurait voulu.


Depuis quelques mois, les délicates années dix-neuf-cent-soixante-dix se font un malin plaisir à se rappeler morbidement à nous. Entrelardée par la salve de cassages de pipe des ténors de la trublionnite chansonnière d'alors, Yvan-Chrisostome Dolto et autres Riton-le-bon-négro-de-service-des-gaullistes -expulseurs-de-béninois-par-charters, grands rigolos devant l'Éternel (d'ailleurs ils y sont maintenant, devant l'Éternel), notre France en mal de souvenirs mortifères se complet à déployer son admiration benoîte devant les scories d'une décennie riche en décrépitudes de gloires fallottes et autres baudruches surestimées.
On gémit mongénéral, on clapclape Cloclo, des brèles braillent Brel et ça piaffe pour une môme vieillotte. L'avenir nous sourit de tout ses chicots de macchabée putréfié incarnant de ses derniers lambeaux de chair formolée une nation médiocrement saltimbanque saupoudrée de quelques grandes âmes certifiées "Bon-pour-ton-coeur Bon-pour-la-France".

Ah! si je n'étais pas un pauvre con ! undefinedcomme chantait à peu près l'autre, peut-être m'émeuverais-je du récent passage à trépas d'un double-quintal bimétrique germano-soviétique, dont les gutturaux borborygmes caverneux défièrent les ingés sons de la SFP Buttes-Chaumont lors des playbacks des samedis soirs maritie-et-gilbert-carpentiens.
On a le deuil sélectif et la commémoraison variable, selon qu'on est Fred et qu'on se retire sans chichis ou qu'on est petit Grégory et que la France lacrymale noie son chagrin pour son staracadémicien sous des flots d'affichettes éplorées sur nos faces de kiosques et de disques overdubés de daubes en duos sur nos têtes de gondoles.


undefinedAh! si je ne portais pas depuis ma plus fragile enfance le fardeau d'une indécrottable culpabilité protosarkozienne de ce massacre abject que fut l'holocauste, sentiment oppressif certes honorable mais invivable quand vient l'heure des JT où ils déversent de la 17e à la 22e minute quelques pelletées de corps déchiquetés comme autant de crimes que nous commetons par procuration, ah! si j'étais antisémite ! disais-je donc en substance pour ceux qui s'y paumeraient dans ces cascades de doubles négations logorhéennes, je pleurerais toutes les larmes de mon petit corps graisseux au souvenir de cette aimable et intelligente boursouflure qui convia en son temps le joyeux Papon à gérer le budget de la France alors que, Premier ministre depuis le mitan de la septième décennie du siècle dernier, notre cher et frais disparu se chagrinait qu'un "Français innocent" (en français dans le texte) décédât rue Copernic au côté des victimes juives, semble-t-il légitimes et donc coupables selon notre ex-gloire colberto-giscardienne.

Bientôt aussi, et ça a même commencé en saupoudrages d'amuse-gueules historiographiques sur les tables des libraires indépendants et dans nos sabbatiques livraisons de Libération, nous étoufferons sous la revisitation de 8 lustres de chienlit post-soixante-huitarde, avec le dévédé officiel des barricades et ses gouaperies bavées par quelques foutriquets (tiens, encore Drucker !) qui pleurnicheront d'avoir été évincés 3 semaines durant de l'ORTF, s'auto-décernant ainsi les breloques d'une combativité révolutionnaire avérée "mais atteution, moi, j'ai jamais rien cassé et j'ai toujours respecté Monsieur Pompidou jusque maintenant, hein. Pas comme tous ces Cohen bandits qui ont retourné leur veste en se vautrant dans le caviar mitterrandolâtre d'une jet set cocaïnophage directrice de médias et conseillère de présidents, hein".


Les septante, comme disent nos 30 millions d'amis d'outre-Quiévrain et que nous saluons tout particulièrement parce que nous savons qu'ils suivent assidûment notre émission, ont quand même été une saloperie de décennie pourrite question embiérage de chanteurs à minettes. Une hécatombe même. Enfin non, pas une hécatombe, vu qu'hécatombe, ça veut dire une tombe avec cent cadavres, et de ces chanteurs à minettes dézingués, on en compte malheureusement pas plus que sur les doigts d'une main d'E.T.
undefined
Resserrons donc la focale, et concentrons nous sur cette magnifique race de tarlouzes à gonzesses que furent les C Jérôme, Jairo, Patrick Juvet (bon, d'accord, lui, il sort doublement du lot, tant sexuellement que musicalement, mais il a quand même fauté un peu question daubes pour gamines, convenons-en) et autres Ringo. Si le tragiquement défunt Cloclo fut le pape, Mike Brant au sourire si velu et à la destinée si funeste en était au moins le chanoîne honoraire. Point de revissage d'ampoule les orteils dans la baignoire, mais un beau dévissage plus ou moins voulu depuis le 4e étage de sa célébrité déprimante. Croyez moi : c'est pas le tout de niquer à tout va si on ne connaît pas la tendre complicité d'une relation durable et quotidienne dont la routine camifienne préserve des fureurs du nervousse bréquedone mais pas de l'excroissance de la bedaine. Ah b'en ça, on peut pas tout avoir dans cette chienne de vie. Qui saura, qui saura, qui saura ? Qui saura dire à quel point notre Michel franco-isréalien aurait été pathétique dans de miteuses tournées des boîtes de nuits s'il avait survécu jusqu'aux confins millénariaux ? Ah, savoir ça ... Ah, pouvoir deviner toutes ces destinés perdues que la vie a abandonné dans les embranchements aléatoires qu'elle suit : ça, c'est ma prière.

 

undefined"Que reste-t-iiiiiil de nos amoouuuurs ? Que reste-t-iiiiiiil des 45 toouuuuurs, qu'on achetait, qu'on écoutait, sur èrtéheeeeelleeuuu ?" Restent des compiles fumeuses érigées sur les cendres encore fumantes et attisées par de désintessés héritiers alignant les plus beaux tubes de nos chaires disparues. Fallait-il pour autant attendre des décennies pour concaténer le grand œuvre de nos vaches à lait variétales et se faire les cojones de oro ? Que nenni. L'histoire nous révèlera peut-être un jour le héros qui chez Musidisc réussit à dégainer une compilation hommage à notre blondasse nationale à peine trois jours après son dernier coup de foudre. Puisant dans les nombreuses réinterprétations du Glaude dont Mario Cavallero avait ponctué jusqu'alors une quasi trentaine de ses livraisons de Pop Hits, le hit parade chanté, il ne fut pas difficile de regrouper le gratin de ces reprises en un pressage thématique exceptionnel, expresse ode posthume et assurément désintéressée au bellâtre yéyégyptien alors même que le légiste n'avait pu encore pratiquer l'autopsie sur les restes de merguez crâmée encore brûlants.



Nos enquêteurs, sains d'esprits en dépit d'une suspiscieuse propension à accumuler les achats de galettes vinyliques emballées dans des pochettes du meilleur goût regroupant les succès saisonniers interprètés par des ensembles orchestraux de haute lignée, nos enquêteurs donc (c'est agaçant ces digressions, non ?) furent déconfits au détour d'une pérégrination en dessous de table de camping d'un banlieusard vide-grenier, découvrant cette étrange pochette (voir illustration ci-dessus) pophiette et laguensienne à n'en pas douter (on a l'œil à force, même plus besoin de retourner vivement la pochette pour vérifier le crédit photographique, triste constat d'une déchéance mentale avancée, fin de la parenthèse), troublante pochette dont la lecture des titres non décodée crée une ambiance musicale mystérieuse entre nos parois corticales, annonçant alors que nous comprenons subitement le secret caché un hit parade chanté non pas nourri des succès de la saison en cours mais bel et bien consacré à une quasi décennie de succès d'un seul artiste : Claude François. Mais ce n'était qu'un début !

(normalement, là, en plein cliffhanger, on balance une page de pub ou une photo de fille à poil, mais là non. ... Bon, allez, d'accord, juste une petite alors :)

 

undefined
Mazette ! nous exprimâmes-nous en notre for intérieur, au langage bien plus chaste que notre faible extérieur bloguesque, grossier et graveleux plus qu'il n'en faut. Mazette ! donc : comment classer ce disque ? Où inscrire la référence de ce 33 tours dans notre tableau Excel où nous nous gaubergeons de nos trésors minables ? Rholala t'as vu ? même la cote ne ressemble pas aux autres Pop Hits ! Anéfé, comme dirait l'autre, habitués que nous étions de lire des PH031, PH004 et autres PH045, indiquant par un obscur code cassé avec MacCracker que nous sommes alors, selon les cas, en présence d'une édition de Pop Hits (le "PH" au début du code), et dont l'ordre de parution dans la grande saga peut-être établi par un habile calcul (concentrez-vous, ça va tanguer du bulbe) : on prend les trois chiffres après PH (par exemple "031"), auxquels on ote (atteution suivez bien, c'est là que ça se corse) le "0", et on obtient l'ordinal identifiant le disque dans la série des Hits parades chantés, en l'espèce le trente-et-unième ("0" oté de "031" soit "31" si on suit notre exemple, mais ça marche de 01 à 54, j'vous jure, j'ai essayé pour chaque numéro. Plusieurs fois même.) Incroyab' ! Je n'en reviens toujours pas.

Mais là, pouloulou ! En coin de pochette nous lisons : "PH11378" ! (véridique) Sculdy, Muller, à l'aide ! Est-ce une resucée de la première Lucasserie ? Quelle étrangeté ! Enfin, quelle étrangeté... Étrangeté certes pour un béotien, mais par pour un génie de l'analyse discomaniaque (ce que nous nous targuons d'être, en plus de dieu du snow-board, mais je ne vais pas trop en rajouter, vous allez commencer à nous jalouser). Il nous apparut tel un éclair dans une salle de bain que les premières lettres du code "(PH", suivez bien) signifiaient bien Pop Hits (bon, faut dire qu'une étude minitieuse de la pochette donne d'autres indices, dont nous vous laissons la joie de découvrir en un petit jeu gratuit sans obligation d'achat en bonus de cet austère billet sur cet aride sujet, je vous laisse la consulter deux minutes... Là... ayé ? z'avez trouvé ? Bon, je continue cette palpitante démonstration), et que la mention "11378" ne signifiait nul 11378e épisode dans cette série de grandes compilations (sinon, je ne vous raconte pas l'angoisse double : à raison d'une livraison trimestrielle, le disque devrait dater environ de l'an 4857 (vous imaginez le tableau et les sueurs froides de notre équipe devant cette rupture apparente du continuum espace-temps ! brrrr, j'en ai des frissons rien que d'y penser), mais surtout, ça aurait alors voulu dire qu'il nous resterait encore 11 324 galettes que nous n'avions  encore en notre possession (alors là : la méga-angoisse !) et que nous aurions de facto et in petto à rechercher dans les bacs à disques). En fait, ces 1, 3 et autres 7 et 8 marquaient pour l'éternité la prouesse du label Musidisc qui avait su éditer une compile de reprises de tubes de Cloclo à peine quelques heures après le barbecue hygiénal du 11 mars 1978. Jack Bauwer aurait difficilement fait autant, même en trois saisons. Cette démonstration est pour le moins dithyrambique, j'en pleure rien qu'à la relire.


Nonobstant son extraordinaire réactivité nécrophile à undefineds'engraisser sur le malheur des idoles gouailleuses passées du côté obscur de la farce, Musidisc et son Pop Hits, le hit parade chanté n° PH11378 ne fut bien évidemment pas le seul à prendre sa part de cake. Ne disposant pas de suffisamment de carbone 14, en dépit de nos ingurgitations peu parcimonieuses de coca-light, et ayant perdu le 06 de Grissom, l'unité spéciale Enquêtes vinyliques pour les victimes de discomanie dégénérative de Pop Hits "le site" ne saurait garantir que les géniaux éditeurs des Tréteaux n'aient été en dehors du coup, avec aussi leurs très opportune édition de Les grands succès de Claude François, que nous daterons au doigt mouillé du printemps 1978 en croisant les références figurant sur icelle galette (voir aussi notre illustration, là, à côté, on n'arrête pas le progrès) avec les cotes des autres compiles de succès fournies, tout aussi saisonnièrement que Pop Hits, par Daniel Janin et Jean-Claude Pierric et dont la qualité musicale mérite mieux que d'être furtivement évoquée en si vil blog (ayé, vous allez pouvoir respirer, le point arrive en cette fin de phrase). Bref : bien que cools, les Tréteaux se sont aussi bien gueuletonnés sur la dépouille claudienne, ces gougnaffiers.

Tututut' Atteution toutefois à ne pas confondre croque-morts et croque-mitaines, grippe-sous et grille-pains. Certes, l'industrie audiovisuelle (ce que nous autres agents du service recouvrement appelons dans notre jargon un peu technique : "le show business") a l'art de sucer la moindre trace de sang pour en faire une vache à lait. Il ferait beau voir toutefois qu'on imputasse au seul chobize les cadavériques devenirs des Claude, Mike, Joelle, Kurt et autres Diana. Bon, d'accord, juste un peu alors.

Remarque : est-il plus macabre de tartiner des larmes de croque-oseille sur la minable vie de trépassés chanteurs guimauves ou de s'ébaubir du folklorisme d'un sympathique film grand public (Bienvenue chez les Ch'tis : quel titre...) qui cache honteusement la vie tout aussi minable des gens du Nord en la ripolinant d'un bonheur de façade alors qu'on sait très bien que ce ne sont que des dépressifs alcooliques claquant leur RMI en écharpes sang-et-or et autres demi-kils de Jeanlain (jeul' sé, j'en viens) ? Ceci étant dit, avec courage et abnégation (j'aime abnéguer) dans leur spammage frénétique, quelques épisodes de la vie numérique des scribouillards de l'équipe de Pop-Hits "le site" éclairent nos mornes existences en de gouleyantes revisitations dont nous abreuvons nos entourages jusqu'à dépasser les doses prescrites avec forces pièces jointes. Ainsi, depuis deux ans, c'est avec régal que nous faisons découvrir la finesse culturelle du plat pays qui fut le mien (je vis dans un autre plat pays mais nettement plus... comment dire ? ... sec !) quand il se met à chinter (écotez le brayer):

 

C'est pas Didier qui me contredira :

 

Allez (comme disent les mauvais chroniqueurs télé en frise finale de leurs pathétiques laïus sur des sujets aussi profonds que la vie trépidante de pétasses héritières d'hôtels et autres crétins de Neuilly à gourmette platine), tirons notre révérence au pesant thème du jour en une évasion supplémentaire vers l'égérie de Michel Laguens, que nous nommames en ce site Anne-Marie, faute d'identification ADN plus précise, et dont le noble photographe fournit une ribambelle de clichés aux grandes majors du disque compilatoire (les Vygson, Tréteaux, Musidisc, Versailles et autres System Disco), avec des variations de poses, tenues et expressions nous laissant pantois devant l'extrême puissance productive en termes de solutions distinctes d'une équation matricielle apparemment très simple mais aux inconnues si nombreuses qu'on est estomaqués devant la richesse et la diversité. Cette fille est un caméléon, et Laguens un autre Warhol. Repaissons-nous donc d'une sélection nouvelle de pochettes de disques (comme nous disons dans notre jargon de technicien en génie bio-climatique) complétant la première excursion que nous entreprenurent en un billet jadis et en attendant d'autres. Vous avez cinq minutes, ensuite interro.

 undefined undefined

 

 





















undefined
undefinedundefined























Ca déchire le string, hein ?


Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.


undefined

 

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 19:24

undefinedKung Fu Fighting

Wowowowoooo HUH !

Wowowowoooo HA !

Everybody was Kung Fu Fighting
Those kids were fast as lightning
In fact it was a little bit fright'ning
But they fought with expert timing.

There were funky China-men
From funky China-Town
They were chopping them up
they were chopping them down
It's an ancient Chinese art
And everybody knew their part
From a faining to a slip and a kicking from the hip.

Everybody was Kung Fu Fighting
HUH !
Those kids were fast as lightning
HA !
In fact it was a little bit fright'ning
HUH !
But they fought with expert timing.
HA !

There was funky Billy Chin
And little
Sammy John
He said: Here comes the big boss (Uh-Huh)
let's get it on
We took the bow and made a stand
undefined
started swayin' with the hand
A sudden motion made me skip
now we're into a brand-new trip

Everybody was Kung Fu Figthing

HUH !
Those kids were fast as lightning
HA !
In fact it was a little bit fright'ning
HUH !
But they fought with expert timing.
HA !

Wowowowoooo HUH !

Wowowowoooo HA !

Everybody was Kung Fu Figthing
HUH !
Those kids were fast as lightning
HA !
In fact it was a little bit fright'ning
HUH !
But they fought with expert timing.
HA !

 

Parce qu'il croyait que ça ne casserait pas des briques, le producteur indo-machin Biddu se désintéressa de la sortie du single qu'il avait pondu, I want to give you my everything étant, par la magnanimité d'un directeur-artistique despotique bien qu'inspiré, relégué en face B au profit de la face B originelle, torchée durant les 10 dernières minutes de la location du studio. Biddu, qu'a raté une bonne occasion de la fermer, du faire ceinture pour qu'on lui reconfie un jour une autre prod', alors qu'il avait fait finalement le carton plein sur cette compo de Larry Weis, l'inénarrable, l'immarcescible, l'imputrescible, l'incontournuble Kung Fu fighting, ahané par le plus hong-konguais des rastamen, Carl Douglas, jamaïcain de la première bouffée et hamburger de la dernière fournée après son échouage hanséatique post-traumatique.

One hit wonder parmi les one hit wonders, KFF décrassa les pistes de danse de leurs derniers twists et reliquats de jerks en y propulsant les Huh! et les Ha! d'un proto-disco carnassier et putatif hymne aux moumouttes exubérant de mâles poitrails aux tétons undefinedvaguement masqués par les cols pelle-à-tarte de chemises lycra moirées de cachemiresques motifs or et stupre.
Si au fil des turpitudes de l'Histoire avec un grand hasch certaines libérations du joug totalitaire ne se firent glorieusement sans de traditionnelles et courageuses tontes à ras, les années septante s'évadèrent des carcans de l'ordre infrasexuel en allégoriant les capillarités poitrinaires les plus affriolantes, des sternums les plus moites jusqu'aux plexus les plus coits, des dessous-de-bras féminins frisottants aux dessus-de-couilles masculins buissonnants. Alors, les pectoraux jaillirent dans le débat sociétal, ornés de pilosités testoriques ou de mamellures non silliconnées, selon affinités. Ah le joli mois de mai (novembre était pas mal aussi mais alors plutôt indoor, rapport au différentiel encore mal réglé par l'évolution darwinienne quant aux capacités de résistance thermostatique des torses d'homo sapiens aux frimats exposés : pif paf, le rhume de poitrine, j'vous jure d'une tuile).


Dans le vain espoir se donner une contenance
sur parquets de discothèques, on brâma ses velléités copulatoires avec forces éructations des fameux chœurs martiaux qui rythmaient l'hymne blaxploito-bruceleeien de ce demi-fausset de Carl Douglas. Sous les crépitements lumineux de boules à facettes jiclantes de virevoltants jaunes et rouges et verts et jaunes encore, on mima en des poses grotesques qui les exploits d'un fils de dragon, qui les facéties d'un petit scarabée, reproductions corporelles en pied et en sueur d'une entomologie cinématographico-télévisuelle où les héros ne tiraient plus à coups de leur canon mais usaient de leurs mimines en de sado-masochistes ballets avec des triades de bandits patibulaires qui battaient sûrement leurs gosses après ça, faut reconnaître que c'est douloureux.

undefined
Pour accompagner
ces expressions de masculinité, un chouia ébrèchée par des plateform boots de tafioles et des coupes de cheveux de gitanes, reliquats d'une androgynie glitter du plus mauvais aloi pour trouver un boulot de comptable-adjoint ou pour plaire à belle-maman au détour du gigot-flageolets dominical, les chanteurs firent oublier leur voix de castrat en plastronnant de tous leurs poils mammaires expulsés depuis les baillements d'acryliques douteuses qu'ils usèrent comme liquettes de jour, franchement, z'avaient pas honte à l'époque. Assurément, nonobstant toute étude scientifique digne de ce nom, il y a fort à parier que ça devait faire juter à donf les petit-bateau vu que les plus beaux étalons s'adonèrent encore de nombreuses années durant à concourir au jabot kératiné le plus velouté du quartier.
En bords de pistes sur les poufs de violets velours, babillèrent et caquetèrent tant de minettes ébahies par les combats aériens que les virils gallinacés jouaient dans leurs parades déhanchées, de shuribakis accompagnés et de Ha! et de Woh ! syncopées. Devant telles démonstrations d'une fertilité assurée, elles finiraient bien par basculer à l'arrière de R17 aux banquettes de fourrures itou tapissées mais là de synthétiques poilades, seule concession à la nature pileuse. Fin de l'histoire : le poilu poitrail appelle les papilles de pucelles dont le pilouplilou s'empale pile poil sur de tocards paletoquets au terme de samedis soirs aux fièvres blénoragiques consécutives. Minable.

undefined
Proprement, d'autres représentants du sexe fort firent montre de leur séduction sous des atours plus chastes et moins poitrineux, sans toutefois sacrifier à un fort pouvoir d'attraction. C'est ce que nous autres conducteurs Offset appelons des "minets", et ça fit fureur au mitan des 70's. Le minet n'est pas plus anglo-saxon que le marlou disco n'est latin, mais reconnaissons un tantinet que les latitudes élevées firent se remballer sévèrement les carpettes pectorales sous de pimpants sous-pulls violets non moins suggestifs dans leur surgissement d'un débardeur jaquart ou d'une veste de laine crème d'un biais moka réhaussée. Pis, les assauts de pastels et de camaïeux firent des blonds minets (un minet est toujours blond, même s'il est brun, cherchez pas à comprendre, moi-même je m'y paume) les archétypes des gendres idéaux, dont des armées de fillettes post-pubères maculèrent de leurs lacrymales déjections des abonnements entiers de OK magazine, à en déforester l'équivalent de 200 terrains de football de forêt amazonnienne pour chaque livraison mercredomadaire. Et encore, je ne parle même pas des numéros spéciaux Jairo.
Sur les bancs face aux lycées d'État des plus insignes préfectures françaises, elles jaquetèrent à l'envi sur ce bel Alan en page 3 ou le si mignon Barry en page centrale, dont le souvenir nocturne de rêves éroto-sentimentaux faisait oublier les mélopées de leur variétoche mièvre de produits de l'industrie musicale qu'ils étaient pour la plupart, comme naguère le furent Hervé ou Paul et comme le seraient un jour Andrew ou George, au hasard. Certes, certains étaient musiciens et pouvaient receler au cœur de leur répertoire personnel ou pour d'autres de subtiles pépites, dont l'hélvétique Juvet nous abreuva avec un talent qui humilia tant de connards phalos et désepéra tant de pétasses frigos.

undefined
Les Rubettes, c'était un peu de tout ça : propres sur eux, montés comme des Bambi avant le bal de fin d'année, accoutrés comme des garçons de bain à Gstaad,
aussi reluisants que des Fuego, la demi-douzaine de minets étaient des musiciens de studio en chevronnance annoncée, débauchés pour un lustre de succès par un binôme de producteurs dont nous tairons les noms par respect des convenances et en hommage à Nicoletta.
Enfui de la formation peu de temps après le premier et plus grand succès, le chanteur falsetto Paul da Vinci (de son vrai nom Habib Ben Mollar, il trouva que ça faisait un peu trop "Méditerranée" et traça septentrion pour trouver un pseudonyme nordique : raté. [NDLR : cette anecdote est outrageusement fausse, mais aucun SMS ne nous fera changer d'avis : ça va booster notre blog-rank à mort]) rendit inoubliable les stridences de Sugar baby love, secondé avec force contre-uts par sa tribu également assez bien dotée en matière d'ululements, merci bien. La légende fait accroire que, parce que les castrats provoquèrent des émois sexuels dans la gent féminine baroquasse quelques siècles auparavant, les minets chanteurs à minettes poussèrent leur perversion de petits coqs à vriller les tympans des gonzesses pour mieux leur vriller autre chose par la suite. Whalala les jaloux qui disent rien que des méchancetés ! Enfin bon, reconnaissons qu'il n'y a pas de fumée sans feu...


Le trouble était tel que certains chanteurs à minettes mélèrent en de virtuoses Janus minets Jeckyl et latin lovers Hyde. Rogues comme des hidalgos
undefinedde bal-à-vioques en Baie des Anges, coquins comme des gigolos de femmes de directeurs de succursale de la Banque Populaire, ces pervers polymorphes n'en étaient pas moins de fades chanteurs de mélasse, tout juste bons à faire orgasmer d'un simple sourire les grappes de dactylos et  autres apprenties mères au foyer (pff... facile), qui les poursuivaient jusques aux ruelles miteuses au cul des théâtres municipaux provinciaux qui offraient fastueusement des Entrées-des-artistes promises aux plus belles véroles. Elle devenaient interminables ces tournées de galas noyées au gin-amphéts vers 4h du mat' des suites préfectorales du Grand Hotel place Charles Gaulle (anciennement Esplanade du marché aux volailles).
Héraut du genre, anti C. Jérôme pour l'allure et contre-exemple de Joe Cocker pour le style musical en dépit d'une simillaire capacité à barrir assez surprenante pour des blancs becs, bellâtre parmi les plus gludures, Mike bien que vedette n'en était pas moins Brant. Bien mal lui en prit de cultiver son plastron très généreusement pileux, toutouffe géante qu'une voiture passant dans la rue accrocha malencontreusement alors que le jeune fât s'en grillait une au balcon du 4e étage. Et là, c'est le drame.

Reste qu'à part quelques monstres cumulants les deux pôles de la séduction masculine mid-seventies chez les chanteurs à minettes, le combat fit rage. Enquillant contre-alti sur contre-alti, les minets bataillaient les cœurs et les culs à des cohortes de machos poilus, tout de râles discoïdes brandissant. On se serait cru
en plein Neuilly un hiver 2008, Martinons non ! non ! contre Sarkozys zi ! zi !, brushings à la Lauzier vs. moquettes à la Travolta. Les émois des pétasses balançaient entre ces hordes stylisées aux rythmes de discos de plus ou moins bonne facture. Faut avouer que musicalement, il y avait du déchet à la tonne. Car combien de Rubettes pour un Bee Gees ? Combien de Patrick Hernandez pour un seul Cerrone ?
Ce corps-à-corps musical de l'amour vache contre l'amour chaste incarna cette année-là la dialectique éternelle de la variétoche, oscillant entre l'apparente rugosité d'une street credibility de pacotille et la fausse virginité de braves types qui auraient tout autant pu être coiffeurs ou agents de change en zone aéroportuaire internationale. Écoutons là leurs vagissements et leurs vagues échos, par la grâce de la technologie portés en une maigrelette radio mal orangée jurant avec le style classieux de ce site maquillé par Saint-Maclou, saison printemps-été 1976 :

 

Le printemps 1974 finissait de consummer les derniers restes de Pompidou et Mario Cavallero, tout pris dans l'exigence de fournir avec la plus undefinedgrande pertinence sa saisonnière moisson de succès chantés du hit parade dans son 16e volume de Pop Hits, ici à nouveau goûlument emballé (voir illustration ci-contre) par le brillant Michel Laguens qui aimait tailler des bikinis dans l'Albal pour papillotter ses blondes poulettes avant de les passer à la casserole (il s'agit d'une licence poétique, ne prenez pas tout ça au pied de la lettre, ça va relancer votre herpès colorectal), notre chef Mario donc dut se résoudre à trancher dans le gras : les kung fu fighters auraient l'honneur d'une reprise en début de face B, les amoureux saccharinés seraient voluptueusement desservis sur la même plage par-delà un pont à la Schönberg (Claude-Michel, vous emballez pas trop quand même) pas si dégueu que ça (Le premier pas, du beau, du bon, du beau niais).
Ici sauvagement abrégé par Mario au terme des trois minutes réglementaires, le brûlot kung funk popularisé par Douglas se vengea dans les années suivantes comme suprême référence cinématographique et télévisuelle, de Wayne's world aux Scrubs, de Shaolin suckers au moindre reportage sur les mafias siniques :


Piteux de l'avoir ainsi coupée trop court à
Mike Clifford, son chanteur qui se la jouait David Carradine des boîtes de nuit, Mario lui offrit un rattrapage comme lead singer sur la scie des suce-nommés minets Rubettes :


D'accord : son Sugar baby love ne vaut pas l'original, mais reconnaissons aussi que l'original lui-même ne le vaut pas non plus.


Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.

habib300.gif 

 

Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 18:46


Pop Hits, le Hit parade chanté fut le réceptacle dix ans durant du meilleur de la production musicale française, légèrement remaniée par Mario Cavallero, son orchestre, ses chanteurs, et les photographes quasi-libidineux qui illustrèrent avec rafinement les couvertures de ces inracontables compilations (tellement inracontables qu'on va se gêner).

Profitant d'un interlude momentané au cœur de son intense activité, les animateurs du site ont sauté sur l'occasion donnée de revisiter autrement le patrimoine populaire français : Martine, la petite pétasse toujours propre sur elle. A partir du générateur libre de couvertures de Martine (Martine Cover generator) développé par Logeek, Mario Cavallero Jr et ses amis vous offrent la crème du bon goût en réinterprétant à leur manière les grands standards de Martine. Cela donne le site Martine est très pop.

Par surcroît, le site héberge durant quelques semaines en octobre-novembre 2007 un side-project : dans le cadre de l'année mondiale de l'interculturalité, Du bruit qui pense®, blog de réflexion sur le devenir de la musique en général et de Wham! en particulier, et Pop Hits, le hit parade chanté, galerie des glaces du gratin de la musique française des années 1970 sont fiers de vous présenter les tentatives d'extorsion de sourire générés par les glorieux candidats au grand concours international Martine wakenwo star (règlement disponible chez Maître Jaunatre, contributions jusqu'au 15 novembre uniquement à l'adresse officielle du grand jeu concours sans obligation d'achat). Chacun peut donc y contribuer.

Et ça fera patienter les grincheux d'ici le prochain article sur vos compiles préférées.

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 13:10

Que Marianne était jolie

Elle est née dans le Paris
D
e 1790
Comme une rose épanouie
Au jardin des fleurs de lys.


Marianne a cinq enfants
Qu'elle élève de son mieux
Marianne a maintenant
Quelques rides au coin des yeux.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle marchait dans les rues de Paris
En chantant à pleine voix
Ça ira ! ça ira !toute la vie.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle embrasait le cœur de Paris
En criant dessus les toits :
Ça ira ! ça ira ! toute la vie.

Il n'y a pas si longtemps
Que l'on se battait pour elle
Et j'ai connu des printemps
Qui brillaient sous son soleil.


Marianne à cinq enfants,
Quatre fils qu'elle a perdus
Le cinquième à présent
Qu'elle ne reconnaît plus.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle marchait dans les rues de Paris
En chantant à pleine voix
Ça ira ! ça ira !toute la vie.


Dieu ! Mais que Marianne était jolie
Quand elle embrasait le cœur de Paris
En criant dessus les toits :
Ça ira ! ça ira ! toute la vie.


Avril se découvre de tous ses fils, bien avant l'heure par des gaz puants causé, l'été solaire pointe ses dards sur la fille aînée de l'Église ballottée dans une malmooréenne campagne de merde. L'unité nationale se fissure sous les cris à l'unité de prétendants à la commandanture suprême, mais peut-être est-ainsi que la patrie de Voltaire, Rousseau et Michel Jobert a construit au fil des siècles sa cohérence, sa consistance, sa véritude.


Sept lustres s'écoulèrent depuis que de sa voix de pêche, l'amer Michel, en un élan appolinairien, nous conta pour la première fois son admiration fanée pour la belle République que le joli mois de mai venait de faire valser mais qui s'enkystait dans le beauf pompidolisme des VRP en complet-veston crème et de leurs choucrouteuses mégères aux corsages de tergal imprimés de flatulences végétales orange et mauves, bovins phtisiques arranguant pêle-mêle les rouges et les gris, le péril jaune et les pénibles jeunes, se désolant de la France qui foulcant et de l'essence qui s'enflamme, se pâmant et se roulant des pelles vineuses devant une érotopouffe osseuse vautrée sur du rotin pendant que Venise se gondole. On sait ce qu'on dit, on vote ce qu'on pense. L'ORTF n'est pas encore crevée, et comme on comprend trop ce que dit Mesmer et pas assez ce que cause Chaban, on aime se faire bien éduquer par des godelureaux qui moquent en des pot-pourris musicaux une classe politique qu'est quand même bien pourrite ma bonne dame. La communion du petit de Brigitte et Roger permet de faire le point en famille sur le dernier uiquène d'élections, où Jean Royer a bien rivé son clou à la vermine socialo-communiste lors du débat sur la 2, qu'en couleur ça donne quand même plus propre les chemises d'Alain Duhamel, déjà, et de Michel Droit, encore.


Atterré par les votes moutonniers et puants de ceux que Cabu va bientôt baptiser au mitan des années 70, attristé par la vacuité et les luttes intestinales de la gauche gigotante au son du flageolet des armées socialistes contres les colonnes communistes, Michel Delpech, figure tutélaire de cet espace de nostalgie turlutaine, alpha et oméga de la jolie chanson française, verse sa petite larme sur une démocratie qu'il souhaiterait plus glorieuse et aimante, sur une France mère courage qui a bien du souci à se faire avec sa progéniture. Et quand, au cœur de ce 7e hiver trimillénaire, Michou soigne sa sortie d'une longue mélancolie avec une brochette d'acolytes aux petits oignons, il émerge dans une période qu'il découvre à nouveau agitée par une médiocrité d'impétrants pour sa jolie Marianne. Pas de bol pour le déprimé éternel, le printemps 2007 ne va pas lui regonfler le moral, lui qui regarde avec amour la vie avec ses lunettes moroses, en dépit du nouvel enamourage que lui célèbre la hype la plus nerd* (*c'est ce que nous autres informaticiens appelons un commentaire entre parenthèses).


Pourtant, on eut pu croire que la situation se désencroûtat en 14 ans de mitterrando-cohabitationnite, nonobstant quelques lustres de chiraco-giscardime du meilleur soporifisme. En visitant les candidats d'aujourd'hui, on pourrait même croire que la France est à nouveau désirée richement, diversement, avec des 'tits gars et des nénettes qui n'en veulent et vont revivifier le 5e rejeton de Marianne à la veille de son cinquantenaire. Bah, cela ne semble toutefois qu'illusion : les airs sont connus, les paroles des chansons sont les mêmes et les pochettes ont à peine été reliftées, Photoshop remisant Offset et Lettraset mais gardant les poses convenues et les slogans oulipiens.


Quatre décennies où les mêmes acteurs brandissent leurs étendards en poussant des rengaines qu'on souhaiterait plus sexys, en dépit de ludiques efforts pour remixer la campagne (attention : cliquer sur ce lien peut provoquer une saine mise en situation du présent billet), que même nous on va essayer de relever le gland. Non, le gant. Désolé. Quatre décennies donc où les mêmes sautent sur leur chaise tels des Cabrel en criant : le rock ! le rock ! le rock ! alors que la variétoche d'iceux-là est moche, et les rocks d'iceux-ci sont secs. Certes, quelques témoignages musicaux pertinents, d'autres passionnants, encore d'autres plus subjuguants ou bien ceux-ci plus... rock quoi, nous intiment l'ordre de la révolte joyeuse et de l'engouement musico-politique. Mais laissez-moi douter.


Tiens, par exemple : qu'est-ce qui a-t-il changé chez nos amis du grand soir en 35 ans depuis l'ode à Marianne, si ce n'est une certaine décrépitude des enfants de Staline au profit des petits-fils du pioletté de Mexico, assez en forme actuellement, merci ? Rien. Pire même : l'extrême gauche est schizophrène et ne sait choisir son candidat, hésitant entre le marteau et la faucille, un coup-ci, un coup-là, couic-couic les OGM, bong-bong les grands patrons voyous.


Ca se démultiplie en autant de side-projects que même Rémi Brica ne saurait suivre la cadence. A défaut d'originalité (on dira alors : avoir de la constance), on glorifie les valeurs sûres, on convoque Vladimir, on invoque Ernesto et la Commune, on barriole sa rage de rouge, on se drape d'étoles étoilées, on ne cède à aucune compromission.


Certains désespérés ont même crié leur anarcho-syndicalisme et en ont maculé nos tristes murailles briquettées dans un mouvement transgressif quelque peu terrorisé toutefois d'être épinglé en flagrant désir de vouloir réveiller les Mas.


 

Mais que reste-t-il des mythes ouvriers ? Sur quoi construire la révolte quand le pavé se vide des pas rageurs du prolétariat hurlant, ne laissant guère que les larmes de l'échec de la lutte finie sur de blettes revendications aux odeurs de merguez refroidies ? Car les usines se sont envolées, les repères ont explosé, les valeurs sont renversées, le petit peuple s'est lepénisé.

 

Ah b'en vi, désormais, dans la honte isolée de noires bâches des préaux d'écoles réquisitionnés, la vile multitude nourrit les urnes du gros casse-burnes. On croit que c'est reparti comme en 33, l'effroi du show nous glace le dos. Cela dura longtemps qu'on le peigne comme la résurgence de la bête immonde, prête à écraser l'Europe avec ses affidés et frères de sang brun sous leurs bottes de chasseurs de bougnoules et autres gibiers de Provence. A la limite, ça fout les jetons.

 

Pouloulou ! Mais que nenni ! En sus de quelques fins de race latino-liturgisantes et de tous les supporteurs de football, la France beauf et celle qui est déprimée par le chômage et les petites humiliations relèvent dominicalement le front aux printemps venus pour des motifs plus vils que la régénérescence de la race franque et le renouveau du haricot de mouton. Rigolarde, cette France est mollement mais indécrottablement raciste comme toujours, craignant l'Autre dont elle jubile pourtant de se gausser. Toute sa carrière, Michel Delpech a d'ailleurs subi le partage des loges des plateaux télévisés et des chiottes des salles des fêtes niçoises avec le parangon de la xénophobie sympa, du racisme rigolo et de la haine rieuse. Michel Leeb cache l'oeil du borgne derrière ses grimaces de chimpanzé des beaux quartiers, parce que derrière ses lunettes, y peut pas (b'en oui, c'est ses narines).

Mais il en existe d'autres concurrents que le putride et purulent putois breton pour renouveler vaguement les vieux numéros de notre comique post-colonial national, gendre rêvé des Régécolors et inspiration suprême des fins de banquet et débuts d'apéro. Surjouant son accent et ses effets tel un Jacques Ballutin sous amphés, le vicomte laboure la même fange, clignant grossièrement de l'oeil vers son public goguenard comme aux riches heures du Théâtre ce soir. Dans un registre plus tragique, d'autres savent plus sobrement et martialement demander, les yeux dans la France, si vous trouvez normal, non mais franchement trouvez-vous ça normal, que des grands frères génétiquement conditionnés violent des petits moutons dans des baignoires. En plus, si on rajoute le bruit et l'odeur, alors où va-t-on ?


Bon, on dramatise, on dramatise, mais tout ne va pas si mal dans ce monde qui pue. On peut tranquillou se laisser tirer la sonnette d'alarme les périodes d'élections venues, couper l'eau quand on se brosse les dents et autres courageux gestes, puis s'en retourner peinardou en 4x4 patienter le prochain moment propice pour s'émouvoir un quart d'heure de la fin de la fin et du début des emmerdes. Entre deux, on se prélasse, aveugle au triste tableau que quelques agités peignent en hurlant à coups de fauchages, abordages et autres enchaînements. On verra bien.

Alors, c'est foutu ? Aucun espoir ? Meuuh non ! Nourris aux débats publics participatifs sur des thèmes variés mais pas trop, nous allons être sauvés par la vierge vengeresse, la Sainte Blandine de la social-démocratie, la Saint Geneviève des régions de France, nouvelle Jeanne à l'étendard carmin matiné blanc-bleu.

Remarquez, fidèles à leur bougeotte de saint-guy qui les brandouille depuis qu'incertains pré-ados ils hésitaient devant les portants entre les revues coquines et les mags d'informatique, il y a aussi les centristes, tous de droite venus, qui à force de vouloir aller vers la gauche (cf. illustration),


vont s'en revenir plumés les cocos, une main devant, l'autre derrière, avec leur bite en fleur mais sans leur coutelas de Rahan qu'ils avaient chopé discretos dans le crypto communiste Pif gadget (cf autre illustration, on est en plein web 2.0 je mouille !) :

C'est quand même bien triste ces pochettes de disque, dont la politique ne ressort grandie. Mario Cavallero ne s'y est pas trompé naguères : il fit habiller sa reprise de l'amère complainte delpechienne en une allegorie aux robes en popeline que bien peu d'exégètes perçurent comme le véritable manifeste graphique d'une France retrouvée. Bien cachée était donc l'agitation politicarde derrière la joie d'une fraiche vision kaléidoscopique de cette jeune fille qu'on imagine en fleur dans son franche cancan printanier, un morceau de chiffon rose accroché à la taille, un autre vermillon battant les airs de sa pubère carmagnole. On l'entend chanter Ca ira, on la voit belle comme le soleil un lundi, on se remémore quand on était si jeune, jouer à si on chantait, à faire comme l'oiseau pour s'envoler au dessus des forêts et des prairies où s'ébattent les chevaux fous, par dessus l'Himalaya et par-delà le Lac Majeur. Toute gaite comme ça, elle doit s'appeler Marianne, si jolie, si jolie.

 

Mais ce n'est qu'une chansonnette.

A la fin de la beuglette pophiette poussée avé l'assent de Borme-les-Mimosas sur ce 6e volume du Hit parade chanté, la cruauté du quotidien se rappelle à nous, l'heure qui pointe, le prix des allumettes qui flambe, le surgé qui braille, le bordel quoi. La France a vraiment foutu le camp, un autre Michel, au nom moins violent mais au courage plus viril le sait et le clamera toutes les 70's durant et après encore : c'est torché, on est eus ! jusqu'au trognon !!! Pillés, lessivés, blêmes et dépouillés de nos plus beaux emblèmes nationaux. Mais ce chantre mou de la vraie France, celle qui ne ment pas, ce héraut de la nation qui ne se laisse pas marcher sur les couilles par les crouilles et autres raclures génétiquement tarées l'a glapi, les machoires serrées, le mandibule prognate et la chemise sportswear repassée négligeamment ouverte sur un mâle poitrail : ils ont le pétrole, mais c'est tout !

Mais ça, malheureusement, de plus de en plus de cons osent le dire.

 

Note aux benêts : dans les cases interactives de cet espace informatique distant participatif, ça râle, ça pinaille, ça trépigne et ça fait son caca nerveux, en un mot, ça formule ce que nous nous autres dans l'informatique appelons des réclamations, parce que Mario Jr traîne à éditer son billet. En plus, quand celui-ci vient, c'est amer et bâclé, expurgé de tas d'images et de tonnes de saillies, billevesées et autres tirades qui s'étaient accumulées en brouillon grossissant au fil des semaines, tout parce que l'hébergeur râle quand c'est trop lourd. En plus, le tout est bâclement résumé au dernier moment pour cause d'actualité deadlinesque (comme dirait Brian Ferry).

Résultat : une livraison mi-chèvre mi chou que l'équipe trouve, après trop rapide relecture, mal agencée, vite montée et au finale peu inspirée. Mais bon, il fallait en terminer de cet article qui n'en finissait plus de gonfler sans jamais sortir, sur un thème qui, finalement, ne nous a pas trop motivé. Et tout ça à cause d'une bête réponse à un billet sympa, (déjà cité dans cet article, mais c'est ce que nous appelons nous autres informaticiens le double check) il y a deux mois déjà de cela. Rhalala, tout fout l'camp ma pov' dame ! Mais ça, évidemment, la racaille qui commente ne va pas se gêner pour nous rappeler légitimement notre incurie. Qu'elle en soit remerciée, mais qu'elle ne se la pête pas trop non plus ! ;o)

PPS : et l'équipe ne s'engage nullement sur un édit après le premier tour, bien entendu !

 

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 00:49

L'oiseau et l'enfant

Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux
Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Vois comme le monde, le monde est beau

Beau le bateau, dansant sur les vagues
Ivre de vie, d'amour et de vent
Belle la chanson naissante des vagues
Abandonnée au sable blanc

Blanc l'innocent, le sang du poète
Qui en chantant, invente l'amour
Pour que la vie s'habille de fête
Et que la nuit se change en jour

Jour d'une vie où l'aube se lève
Pour réveiller la ville aux yeux lourds
Où les matins effeuillent les rêves
Pour nous donner un monde d'amour

L'amour c'est toi, l'amour c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi
Moi qui ne suis qu'une fille de l'ombre
Qui voit briller l'étoile du soir

Toi mon étoile qui tisse ma ronde
Viens allumer mon soleil noir
Noire la misère, les hommes et la guerre
Qui croient tenir les rênes du temps

Pays d'amour n'a pas de frontière
Pour ceux qui ont un cœur d'enfant
Comme un enfant aux yeux de lumière
Qui voit passer au loin les oiseaux

Comme l'oiseau bleu survolant la terre
Nous trouverons ce monde d'amour
L'amour c'est toi, l'enfant c'est moi
L'oiseau c'est toi, l'enfant c'est moi

 



Hallelujah ! Cocorico et toute cette sorte de choses ! Après deux lustres de vaches maigres, de veaux étiques et de cochons qui sentent des pieds, le Saint Graal de l'art européen a retrouvé le chemin de la mère patrie des muses de l'occident éclairé, berceau de Berlioz et Breton, Debussy et Troigros, Colette et Rodin, Berthe Morisot et Guillaume de Machault, Delacroix et Poincaré, Descartes et Brassens, Huysmans et Sheila. Dans le concert des nations bataillant avec force ritournelles bétasses et chorégraphies palmipèdes, la France éternelle apporta de nouveau la paix sur les Béotiens de l'Atlantique à l'Oural enfourchée tel un Napoléon d'Eylau et d'Iéna sur la mélopée d'une transfuge lusitanienne au double patronyme virginal et clitoridien, Sainte Mère Marie, glorieuse épouse abrahamesque Myriam.


Marseillaise transfigurée pour une Europe en paix dans un monde de brutes, L'oiseau et l'enfant offre à l'humanité son lot d'espoir et de quatrains vertigineux de platitude si j'osais bousculer Euclide dans ce raccourci einsteinien. 300 millions de téléspectateurs déversèrent leurs voix téléphoniques dans la matrice distribuant aux nations "Luxembourg Quatre points" par-ci et "Leuxeum'bourgue for poïntse" par-là, réservant comme l'écureuil de septembre leurs plus belles noisettes en les lovant dans une niche tricolore pour honorer la francitude triomphante. 136 points consacrèrent Marie Myriam qui n'en put mais de tant d'honneur, humide et émue lorsqu'elle entonna de nouveau son hymne vainqueur pour bien rappeler aux consommateurs que sa galette noire serait en vente dès le lendemain dans tous les supermarchés et autres Disco 2000 continentaux, et qu'ils seraient bienvenus de s'imprégner vite fait de la rengaine parce que les radios ne tarderaient pas à les tarauder 27 fois par jour donc mieux vaut se blinder les pavillons, ça va chier graves des notes.

 

L'Eurovision, comme on cause amicalement du grand concours européen de la chanson inventé par le bien-nommé Marcel Baison en 1957, l'Eurovision est justement retransmise par la cathodique et apostolique Eurovision, consortium d'ingénieux qui sûrent donner un espace hertzien commun aux vieux pays de ce vieux continent, fatigués de guerroyer sans répit et souhaitant commuer dans la communion télévisuelle leurs sanglantes querelles en de pacifiques batailles, commises sur les routes du Tour de France, sur les pistes enneigées d'Interneiges et les toboggans aqueux de Jeux sans Frontières, jusqu'aux scènes des plus grands palais des sports, tout de pastel vétus pour ces joutes musicales que les Grecs n'auraient point reniées mais dont ils ne briguèrent la plus haute marche qu'en 2003, par la grâce d'Elena Paparizou et son My number one si bien titré, quoique son short n'est pas mal non plus.


La prouesse technologique était presque invisible mais ébaubissait les masses populaires, piaffant dès la mire hypnotique et les trompettes malmoréennes de Marc-Antoine Charpentier qui n'aurait pu imaginer que son Te Deum atteignit un jour telle prestigieuse audience. L'hypnotisme se poursuivait durant le concours rythmé d'un répons multiternaire entre les langues autochtones et les subséquentes traductions, en français, langue diplomatique, et en anglais, parce que faut bien qu'on comprenne quand même. On y égrena des mélopées de points distribuées dans la plus irrationnelle mixture de goûts. Les transnationalités votantes peignent dans leur grand bordel amalgamé des tableaux oulipiens dont on découvre subjugués le décalage systématique de la qualité vers la miévrerie, sorte de S+7 mais plutôt -12. Ne boudons pas notre plaisir franchouillard, la France y glana en 1977 son dernier eurotrophée et nous ne dûmes plus depuis lors héberger coûteusement le concours de l'année suivante. Et pourtant nombreuses furent les victoires gauloises, bien qu'à vaincre sans péril on triompha sans beaucoup de gloire.

Anéfé, les 7 contrées initiatrices du raout guttural se battaient chacune avec deux candidats jusqu'à l'aube des années 70, ce qui permis à la patrie de Bergson de décrocher les lauriers par 4 fois en tout, sans compter quelques mercenaires qui décrochèrent la timbale au nom du Grand Duché ou qui firent de beaux accessits pour le compte de nos dépendances d'outre-Quiévrin, d'outre-Moselle et d'outre-Nationale 7, comme Michèle Torr multirécidiviste de l'Eurovision qui combattit en 1977 sous les couleurs monégasques avec le très ironique Une petite française, 4e quand même, ça cure le rectum !

Mais les rois du pillage des terres franques furent quand même ces banquiers de basse Sarre ducale qui nous piquèrent en vrac Michèle Arnaud, Jean-Claude Pascal (1er), Nana Mouskouri, Hugues Aufray, France Gall (1re en 1965 avec Poupée de cire, poupée de son de Gainsbourg), Michèle Torr encore, Sophie Garel (avec le grandissime Chris Baldo en 68 dont le Nous vivrons d'amour n'arriva que 11e), David-Alexandre Winter (oui, le père de, et grand rival de Dave dans les hit parades de l'époque), Anne-Marie David (une bonne copine à la Joëlle de Il était une fois), Jeane Manson, Sophie et Magaly (9es en 1980 avec l'inoubliable Papa pingouin, composé par Jean-Paul Cara, coauteur de la victoire de 77), Corinne Hermès (1e en 1983) et même la filière bruxelloise avec coup sur coup en 87 et 88 Robert Joubert (a.k.a. Plastic Bertrand) et Lara Crockaert (elle a bien fait de changer son nom pour Fabian, elle aurait été ridicule sinon). Certes, le genre était répandu ailleurs puisque canadiens, irlandais, australiens et autres ultramarins firent le bonheur hélvétique ou britannique en des temps où on ne rigolait pas du Commissaire européen aux transports.


Mais que seraient les plus brillants interprètes sans les plus grands chorégraphes,

 

sans de non moins grands couturiers,

 

et surtout sans d'excelllllents musiciens ?

 

Ah la dive Olympe qu'est l'Europe alors, le temps de ce que nous autres informaticiens appelons une putain de bonne soirée télévisée !


Mais que de moqueries pour ce vecteur de paix et d'amitié entre les peuples ! Aujourd'hui sont glorifiées les nations naguère écrasées par la torpeur des décennies communistes et qui s'éveillent enfin au monde dans des choeurs en sol majeur et paroles mineures, toutes d'énergie contenue exultant par là-même en cette orgasmique éructance de rythmes proto-baloches et post-Abba (Abba qui, ceci dit en passant, furent, n'en doutons pas, l'alpha et l'oméga de ce challenge culturel de premier ordre, mille fois imités, jamais égalés, mais trève d'anecdotes, on n'est pas là pour ça).

 

Pis, mieux que cet infâme et pathétique ralliement aux armées transatlantiques écrasant de leurs rangers hi-tech les sables ensanglantés d'un pétrole à pas cher, ces peuples déchaînés (hi hi hi) trouvent leur honneur en clamant au monde que la baltitude et le transcarpatisme valent bien l'atlantisme culturel d'une Europe des 9 à la botte du grand frère étatsunien. La stratégie des petits et des laissers pour compte de la diplomatie onusienne et des arcanes des conseils d'administration des multinationales passe désormais par l'étape Eurovision où on aura bon goût de frapper un grand coup en rompant avec l'universalité bélante de pacifisme pour l'affirmation outrancière d'une spécificité inédite de sa culture indigène.

En 2006, ce fut la Finlande qui s'y colla brillamment par le truchement de ses nouveaux hérauts de Lordi, mini séisme dans le mièvre ordonnancement attendu en de telles bacchanales chantées, se hissant au fait du podium avec son Hard Rock Hallellujah ! Une horde de brutes défrisa toutes les mémères bercées de Druckers nationaux commentant dans les affres de l'incomprehension la prestation des braillards silliconés du visage qui poussèrent l'outrecuidance à surjouer Kiss en beuglant des "Voitto tuli! Voitto tuli!" et autres "Lordi on tullut tunnetuksi tinkimättömällä show:llaan, rakkaudella työstetyillä naamioilla ja vaatetuksella sekä ennen kaikkea hard rockin kulta-ajasta ammentavalla jämerällä rockilla. " Ca pose là, n'est-ce pas ! Alors pas étonnant qu'ils nous narguassent au sein même de leurs démoniaques incantations par un "Euroviisuvoitto on vain yksi etappi maailmanvalloitukselle!" que nous n'oserons traduire céans, y a les gamins qui regardent.


Tu-tu-tut' ! rétorquerons-nous toutefois à Michel Drucker effaré et certain que les vilains ne gagneraient qued', pleins de leur vulgarité si peu digne de la classe traditionnelle que nous offrent depuis 5 décennies les prestations eurovisées. Car une écoute plus attentive de l'attaque lordienne nous fera découvrir le secret de leur réussite, 29 ans après la gloire de notre petite portugaise à nous : le riff d'attaque est identique ! (quelle alitération, j'en suis aterré). A quelques bémols près, la ligne mélodique des deux vainqueurs à une génération d'intervalle est commune. Est-ce là le secret de la réussite ? Écoutons sur bande originale, sans nous laisser divertir par le commentaire de notre Michou, et repassons plusieurs fois le riff d'intro :

 



Ca vous la coupe, hein ? Alors, si cette musique est magique, serait-il aisé de remettre le couvert ? C'est ce que tenta le compositeur de L'oiseau et l'enfant en rééditant son morceau réarrangé et réharangué par une pouffiasse d'origine polonaise cette fois ci dans une technoïsante version abrutissante, opportuniste glomérule gluant conçu pour que les 6-10 ans se l'arrachent en CD 2 titres, trousses, gommes à la fraise et autres produits dérivés aux couleurs d'une narcotique imagerie bisounoursienne en transe teletubbienne qu'on prendrait des champignons on aurait à grand peine le même effet, même des qu'on aurait importés du riant Brabant batave. Mais Karol n'est pas Marie ni Myriam, et sans le talent la vocalise n'est rien, comme dirait Marianne James qui s'y connait, elle, en jolie filet de voix sur des chansons de merde.


D'autres godelureaux à peine pubères salirent il y a peu, peste soit de ce tiers millénaire, les paroles d'amour de l'ode myriamesque pour un cross-over pitoyable eu égard à la gravitude que sont la faim dans le monde et les bouchons du dimanche soir au triangle de Roquancourt.

 


Hopopop ! Mario Cavallero ne s'en était pas laissé compté non plus. Flanqué de sa fidèle Lili Montès, il s'attela quelques semaines après la victoire mariale en la Perfide Albion à une de ces reprises que vous m'en direz tant.

Fidèle aux choeurs en soutien à la douce scie, scrupuleux dans le respect des violonnades de service, parfait dans la scansion du break au mitan de la chanson, c'est du grand Mario qui nous est servi dans ce 32e volume de Pop Hits, le Hit parade chanté, au milieu de reprises magiques d'un Nicolas Perrac partant (Je pars), de Martin Circus en garçons de plage pour une invite à une partie de bluette (Drague Party, sur l'air du Kill surf city des Beach Boys) et autres mouche magique et électronisante (Magic Fly) qu'on n'allait pas se priver de 14,50 francs au Radar Géant du coin. Le tout est servi sous une couverture du meilleur aloi où le grand Michel Laguens a ressorti sa robe à franges indienne et ses célèbres bottes glitter dont il chaussa plusieurs de ses manequins au gré de diverses séances à objet disco-illustratif.


Étonnamment gaie pour une fois mais toujours aussi coquine, la muse de Michel suggère en un mouvement de pas chassé le rythme requis pour certains des titres de cette compilation saisonnière, vraisemblablement plus sur fond de Sunny que du tube lusitanio-franco-européoannovisien au pinacle en cet article, morceau peu chaloupé soit-il, nonobstant il est vrai ses dernières secondes dont le retour de l'orchestre en grand tintouin aurait fait pâlir Lennon et Wagner qui n'ont pu rivaliser, respectivement dans le finale épique de Sgt Pepper Lonely Hearts Club Band et dans l'envoi d'Un jour la p'tite Huguette, dont Richard n'était pas peu fier mais que Cosima raya d'un discret mais ferme trait de mine de son envoi mensuel pour enregistrement et protection à la Société des artistes protonazis de Bayreuth-les-Gonesse. Notre blonde donc est le joyau de la photographie selon Laguens, régulièrement servie sur les flancs quadrichromes des pires compilations que la France giscardo-pompidolienne sut connaître.


 

Souvent froide et néanmoins terriblement sexy, notre Anne-Marie de service, car il lui faut bien un prénom et que l'équipe de rédaction s'est raclée le cortex pour offrir un label à la belle inconnue, a souvent guigné le chaland des bacs de disques en lui faisant espérer des troubles émotionnels qu'elle savait pertinemment vains à l'écoute à venir du douteux parfum contenu en ces si désirables flacons, fragrance faite de noires galettes de polychlorure de vinyl sillonnées mollement de reprises des plus grands tubes du mois et qui seront pour la plupart vite oubliés sauf des nerds et autres giscardo-pompidolophiles, enregistrées en prise directe par les plus grands orchestres de baloche sous la baguette des Claude Dauray, John Christopher, Jean-Luc Ferré et autres Mario Cavallero mais aussi par des trompetistes émerites que furent Pierre Sellin et autres organistes inspirés, dont Eddy Driver qui donna à l'Hammond ses titres de noblesse au travers des sonos des plus grandes stations Fina de France et de Wallonie.

Claude Dauray justement, dont le Parade des succès n°26 de l'été 1977 offrit, outre un tracklist assez proche du Pop Hits 32 en dépit d'une orchestration des plus approximatives et d'interprétations à faire se compisser aux éclats Buster Keaton, un plan américain de notre gonzesse du mois, déhanchant son jean qu'elle avait un peu court, décidémennt c'est une manie, ils avaient un budget de fin de mois ou quoi ?

 

Plus encore, l'éditeur de chez Vygson devait être particulièrement charmé par la chouchoutte de Laguens car il la vautra plusieurs fois encore sur les couvertures de la série Parade des succès.


Chez Musidisc aussi on s'enticha de la blonde à qui on offrit l'unique privilège d'illustrer par deux fois la collection Pop Hits , comme ainsi pour la 31e livraison :


Étonnante séance photo qui offrit assurément plusieurs tirages de la même combinaison de ce mannequin intringuant, gainée de son ensemble vermillon au short minimal et au caraco frangé et chaussée de ce que nous autres informaticiens appelons dans notre jargon des bottes argentées à talons hauts, qui s'illustrèrent d'ailleurs aussi sur le Pop Hits 32 présenté ci-dessus.

On retrouva les poses de la même série sur le volume 4 des compiles Super Hits animées par le ringardissime Patrick Olier dont on s'étonnera qu'il fit carrière ensuite sous les ors de la République et sous les ordres de sa MAM publique (m'ouais...).


Et toujours la même séance et la même tenue pour inaugurer la série d'Ennio Rivolta à l'orgue Hammond pour nous faire danser sans arrêt :



Chez Delphine, label où on aime bien aussi les blondasses sexys, on offrit d'ailleurs par trois fois la minette à Ennio et ses touches en folie :


Et on avait déjà dévoilé pour faire patienter sur ce site la gueuze dans sa version guitaresque au service d'une série médiocre de covers instrumentales des grands tubes de chez Stax, sur le bigrement délicat label MFP, Music for pleasure, b'en tiens, tout le plaisir est pour nous.

On notera ici tous les canons de la mise en scène chère à Michel Laguens pour sa favorite : bottes argentées, version hautes, short glitter, version trad' au raz du moteur, subtile suggestion mamaire par l'entremise cette fois-ci d'un gros noeud (pouf pouf), blondeur détachée et regard pénétrant.

 

Ca met en appétit certains, mais c'est de la branlette à côté de la brandade à la Marie, Marie Myriam qui après quelques années à siruper les génériques de Candy, Casimir et autres Visiteurs de Noël s'est reconvertie comme tout bon footballeur qui se respecte dans la nappe à carreaux, le bacalao et le tinto verde en reprenant la gargotte paternelle à Charonne. On ira donc se régaler à L’auberge de Marie, 6 rue Planchat, Parie 20e, ouvert tous les jours excepté le samedi midi, le dimanche (midi et soir) et lundi soir, service restauration de 12h00 à 14H30 et de 20h00 à 22h30, animation musicale tous les samedis soir avec Jorge Mirando des Sol Latinos (Musique sud américaine). Formule à 19,90 € sauf samedi soir, carte à 30 €, dont la rédaction vous recommande la Cataplana de fruits de mer (servie pour deux personnes, prévoir 25 minutes).


Alors franchement, se foutre de la gueule d'un oiseau et d'un enfant, c'est vraiment minable.


Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.

 


Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 09:35
L'avenir désiré est enfin là

Cet article restera pour la postérité comme un espace de test. Il a hébergé secrètement de nouvelles fonctionnalités techniques, désormais disponibles en exclusivité mondiale sur Pop Hits. Ne cherchez pas dans cette page, vous ne les verrez pas, mais cet espace en fut le témoin véritable et attesté. Il fut aussi le théatre des premières évolutions graphiques de Pop Hits, qui subrepticement, au mitan d'un uiquène d'hiver, est entré dans une nouvelle ère.

Comme dans toutes les bonnes démocraties populaires, le présent article sera gardé comme relique d'une glorieuse révolution sur Pop Hits :

l'arrivée de la musique !

Pop Hits 2.0 !!!

Pour ne pas vous priver de votre ration de pochettes cheesy, voici pour vous une ch'tite photo.

Pour revivre cet événement plus important que le chanteur de jazz,
retrouvez pour la première fois en version live numérique Mario Cavallero,
son orchestre et sa chanteuse Lili Montès
sur notre article du moment, et à bientôt !



Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 20:54
Nouvelle version rééditée le 20 janvier : Pop Hits 2.0 est dans la place !
Attention : contient enfin des vrais morceaux de musique de Mario Cavallero en édition numérique inédite.

PopHits-HitParadeChante-25.jpgFaisons l'amour avant de nous dire adieu

Faisons l'amour avant de nous dire adieu
Avant de nous dire adieu
Faisons l'amour puisque c'est fini nous deux
Puisque c'est fini nous deux
Faisons l'amour comme si c'était la première fois
Encore une fois toi et moi puisque l'amour s'en va

Faisons l'amour avant de nous dire adieu
Avant de nous dire adieu
Faisons l'amour puisque c'est fini nous deux
Puisque c'est fini nous deux
Faisons l'amour comme si c'était la première fois
Encore une fois toi et moi puisque l'amour s'en va

 Je peux tout te pardonner
Et faire semblant d'oublier
Je veux bien fermer les yeux
Et faire tout ce que tu veux
Je veux bien te partager
Et ne veux te supplier
Mais reste encore
Je me ferai si petite
Que tu ne me verras pas
Et je me ferai si tendre
Que demain tu m'aimeras
Je serai toute d'amour
Et je serai toute à toi
Mais reste encore

Faisons l'amour avant de nous dire adieu
Faisons l'amour puisque c'est fini nous deux
Faisons l'amour comme si c'était la première fois
Encore une fois toi et moi puisque l'amour s'en va

Faisons l'amour avant de nous dire adieu
Avant de nous dire adieu
Faisons l'amour puisque c'est fini nous deux
Puisque c'est fini nous deux
Faisons l'amour comme si c'était la première fois
Encore une fois toi et moi puisque l'amour s'en va

Adieu
 

FééééééééééZon l'aaaMour! a'vant de 'nous dire Hadieu ! hurlait l'américaine Jeannette en implorant, soutenue par de primesautiers choeurs est-allemands, ce salaud qui la plaquait pour une pouffiasse sûrement radicale-valoisienne afin qu'ils s'ébattent une fois encore en souvenir de l'ancien temps, celui où ils n'avaient pas encore commis et qui semble avoir été magique comme ces dessins animés de Noël qu'on regardait couchés sur le ventre sur le tapis du salon la tête entre les mains et les mirettes écarquillées vers cette boîte qui offrait dans un camaïeu de gris bavants la crème des aventures extraterrestres d'un héros tchécoslovaque et de son chien atomique.
Jeane devait d'ailleurs davantage se remémorer un Hannah Barbera en couleur car native du Nouveau monde ses émois primaires furent immanquablement et télévisuellement moins craignosses qu'en France, ce vieux pays de ce vieux continent qui est le mien.


Force est de constater qu'au mitan des 70's, la nouvelle génération s'avilie plus que l'ancienne, déjà que celle-ci était prête à devenir l'ombre de ta main, l'ombre de ton chien, et pourquoi pas de ses déjections, mais s'il te plait, reviens-moi je t'en supplie, je t'en supplie, je te donnerai des perles de pluie, tu verras c'est super bath. Manson, dans une spirale de désespoir que même Baudelaire et Bruel ils n'y arrivaient pas, s'autodésintègre tout nanogramme d'humilité pour se coller au plus près de son ex jusqu'à le suivre cachée sous le lit ou dans son slip tirebouchonné alors qu'ils pamoisent de conserve avec l'autre pouffiasse, vraisemblablement vagino-giscardienne.

Mais qu'on ne s'y méprenne point, Jeane Manson 
bien que fraîchement débarquée de l'outre Atlantique n'était pas de la dernière pluie. N'est-ce que la grave et cuivrée voix d'une potiche cocue qui fit le succès de cette fiancée de Tarzan (car c'est Jâne qu'il faut prononcer son prénom francisé depuis Jean Ann, et non Djinn comme la toile Denim, n'en déplaise aux esprits malins) ? Pas du tout du tout !
Jeane fut bien plus qu'une chanteuse, car elle se servit d'abord de son corps à ses débuts. Plus précisément de son corps en mouvement sur les planches où elle débuta grâce aux conseils du grand Staasberg, pas le piano mais celui de l'Actors Studio, vu que le piano c'est un Steinway mais bon, on va pas chipoter. Jeane tourna même trois films avec Roger Corman, excusez du pneu, dont le troublant The young nurses où elle passe plus son temps en costume d'Eve sur une plage qu'à déblatérer du Keats ou du Shakespeare, alors même qu'elle eut naguère quelque chose de Tenessee mais ça ne dura pas parce que le laitier ne s'arrêtait plus là.
De ce charisme pictural la donzelle céda aux sollicitations heffneriennes invitant à la Playboy Mansion la playmate Manson, consacrée sur papier glacé comme il se doit pour que ça y colle moins, aux doigts. Ce fut fait de part et d'autre de la grande mare d'abord dans un shoot étatsunien édité en triptyque central en août 74 et réédité 3 ans après dans l'édition française, tirant parti du succès de ce beau parti après son succès naissant d'un tragique appel à se faire re-prendre par un goujat.



 
Rha b'en la la ! diront immanquablement certains de nos fidèles lecteurs amourachés par les revues culturelles des années 70 et piaffant qu'on ne leur offre ici que la couverture alors que le contenu semble croustillant. Car il l'est, oui, croustillant, ce numéro de mai 1977. Le sommaire enchaîne dans un diptyque aux titres terrifiants "le dossier Carlos" puis "La fin des gros", défroque la pensée du zélote de l'insurrection chrétienne le père Cardonnel dans une publication lubrique aux petites femmes effeuillées que l'Église ne saurait que mettre à l'index (la publication, pas les petites femmes effeuillées), et s'attaque au grand fléau de notre temps que même l'Express et le Point peuvent aller se rhabiller avec leurs minables comparatifs salariaux dans un courageux papier d'investigation sur "les cadres et la communication", on en salive d'avance dessus (dessus les petites femmes effeuillées, pas les cadres).

Il ne s'agit toutefois nullement d'une simple resucée de photos d'une jeunesse insouciante où une jeune fille se serait laissée aller pour quelques dollars à lécher et la gloire promise devant les lentilles d'une  saucisse de photographe pervers qui son rapt pictural commis recaserait les ektachromes à de licencieuses feuilles de chou où celles de vigne n'ont rien à faire.

De ces erreurs juvéniles on a toujours autant de mal à s'en dépaître qu'Haddock et son sparadrap infernal ou d'une vieille contribution rigolardo-coquine sur un forum d'usagers de Linux que les moteurs s'ingénient à placer en haut de pages premières immanquables à la vue de tout chef du recrutement et autres belles-mères en chasse des tares cachées des futurs convolants de leur innocente progéniture.
Mais Jeane est volontaire et assume fièrement jeter à l'air et à la cantonade ses roploplos et autre piloupilou en recommençant plusieurs fois la démonstration au fil des pages de divers géants de la presse en couleur, dont Lui le magazine de l'homme moderne et de la femme objet ou le coquinou magazine Absolu (cf. figure 3) fondé comme nous le dîmes déjà par un Cloclo plus cul que cucul finalement. Au fait de sa gloire, Jeane persista dans la valorisation de la forme plus que du fond dont ne s'embarassait que peu le Justicier dans la nuit qu'était son compagnon d'écran Charles Bronson en 1983.
Il faut enfin reconnaître que Jeane dénuée de toute farouchitude posa parfois dans des contextes esthético-fantasmatiques qui n'auraient pas juré sur des pochettes de collections telles Pop Hits (voir Fig. 69, les commentaires scientifiques sont des auteurs) dont nous glausames sous d'autres cieux :



 
On croirait s'égarer dans des anecdotes qui bien que croustillantes seraient accessoires mais c'est un fait : Jeane Manson est polymorphe et multispire, jonglant des toiles aux planches, de la quadrichromie coquine à la quadriphonie coquette, de la polésie qu'elle écrit aux soaps de TF1 qu'elle ronronna.

Internationnale plus que mercenaire, Jeane se sent chez elle dans le monde entier, prêtant sa voix au Luxembourg qui gagna ses premiers points à l'Eurovision par une nouvelle sensiblerie de midinette percluse d'amour pour un connard sûrement moustachu dont elle a
déjà vu ça dans ses yeux.
De sa jeunesse passée au Mexique elle garda un goût de l'authentique dont elle fit un album guantanameresque avec les incroyables Mariachi Mezcal dont on se pourlèche déjà les babines rien qu'au nom.
De son américanité surtout, outre son union télévisuelle avec l'autre expatrié que fut Joe Dassin sous le regard pastel de Maritie & Gilbert Carpentier, elle garda toujours ce charmant petit accent et le goût immodéré pour la seule musique qui réunit autant JR que Sue Ellen : la country music.

Courageuse enfin, elle n'a pas hésité à mêler pour une cause humanitaire ses vibrations glottulaires à un ensemble féminin polyphonique de toute beauté pour qui raffole des choucroutes 80's et des tailleurs à épaulettes de goëlands.


Alors qu'a-t-il pris à Mario Cavallero de jeter la pauvre Lili Montès dans les pas de la grande Jeane pour ce 25e tome de Pop Hits, le Hit parade chanté ? Écoutons studieusement pour juger sur pièces :


Comme toujours, l'orchestration est très ressemblante à l'original, le choix des instruments pourrait créer l'illusion, les choeurs dépressifs viennent pertinemment lancer le fado de la jeune éconduite. Pis ! Lili comme toujours pousse le professionnalisme à doubler à l'égal ou quasi la voix de son inspiratrice, jusqu'à prononcer à la chewing gum ses paroles avec force "pouisqueux" et autres "Aaaavant dé nu dire adieu", bien qu'on pourrait entendre autant son accent pied noir qui fait son charme lorsqu'elle reprend Rika Zaraï.

Lili Montès saurait-elle relever le défi pour l'ensemble du répertoire de Jeane, de la country au gospel, du classique au sacré, de la mexicanerie à la russitude ? On pourrait le croire à l'écoute des covers réalisées par Lili sur Pop Hits (les disques) des plus grandes stars de la variété internationale, de Dalida (Monday Tuesday, le strabisme en moins) à Jeanette (Porque te vas, les ovaires en plus), de Sylvie Vartan (Nicolas, slave et balancé) à France Gall, dont sa reprise par Lili du Besoin d'amour dans le Pop Hits 43 est extraordinairement troublant de ressemblance.

Alors Mario, nous savons céans pourquoi tu t'es usé aux portes des années 1980 et que tu as du fermer boutique : progressivement tu t'es privé d'une voix caméléon irremplaçable, et les vulgaires Aline Dubois surjouant ses braillardes inspirations et autres fadasses Karine Bouvier à qui tu fis partager les plages de tes disques avec Lili, réduisant d'autant les voix féminines montessiennesn n'y purent mais.


Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.



Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 16:45
Faisons l'amour avant de quitter over-blog

Encore un bug de l'hébergeur qui a envoyé en ligne un brouillon d'article ! Le voici provisoirement détruit par nos soins.

Patientez quelques jours chers ami-e-s, ça vient.

Désolé... et merci pour votre vivacité.

Pour vous faire patienter, voici une jolie pochette de Michel Laguens :



Et comme ça récrimine dans les commentaires, en voici une seconde :






Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 19:13
Equinoxe 5

Tutoututoutou Touutouuu
Tuutuutou toutoutou
Toutututututu

Toutututututu 
Toutututututu

Toututoututoututoutu Toutu
Toututoututoututoutu Toutu

Tou tutututututu
Toutututututu
Toutututututu 
Toutututututu

Toututoututoututoutu Toutu

Toututoututoututoutu Toutu


Tou tutututututu
Toutututututu
Toutututututu 
Toutututututu

Toututoututoututoutu Toutu
Toututoututoututoutu Toutu


Tou tutututututu
Toutututututu
Toutututututu 
Toutututututu

Toututoututoututoutu Toutu

Toututoututoututoutu Toutu

Tou tutututututu
Toutututututu
Toutututututu 

Toutututututu


Toututoututoututoutu Toutu

Toututoututoututoutu Toutu


Tou tutututututu
Toutututututu

Toutututututu 
Toutututututu

Toututoututoututoutu Toutu

Toututoututoututoutu Toutu

Les plus grandes chaînes HiFi de France des cadres commerciaux d'IBM et de CII Honeywell Bull ont tourné à fond de ballon dans le living de leurs pavillons des zones résidentielles des Yvelines et autres Alpes-Maritimes pour tester leurs toutes nouvelles enceintes Cabasse dont le rendu des tweeters tintait comme du Baccara sur les bass-reflex vrombissant derrière le Ligne-Roset en cuir de chameau pleine peau sur cette musique des années 2000 produite par le jeune prodige de l'avant-garde musicale française, rejeton du grand compositeur des musiques de Samouraï et autres Oiseaux se cachent pour mourir où cabotinait le sémillant Richard Chamberlain en vieux premier, Maurice Jarre, père de  l'énervogène Jean-Michel.

La grande époque du Sicob, salon de l'informatique sis au moderne CNIT de la futuriste Défense (ou le contraire, je ne sais déjà plus, la tête me tourne devant ce grand bond dans l'excellence tri-millénarienne), privilégiait l'électronique comme forme suprême de l'avenir artistique, qu'il soit graphique, cinématographique, télévisuel et bien entendu musical. L'archange Jean-Michel Jarre fut  le messie de ce genre  qui, via  les systèmes 4 voies Blaukpunkt equaliseur graphique radio 4 bandes musicassette, remplit l'espace intérieur des break Volvo v70 et autres R30 V6 injection bordeaux.

La magie instrumentale passait par
ces drôles d'orchestres sur circuits imprimés dont on ne pouvait douter de la fiabilité eu égard les millions de potards qui en couvraient les consoles de commande, comme cet ARP-2600 dont usèrent et abusèrent Jarre, Tangerine dream et autres Vangelis, à la fois le Philharmonique de Berlin et HAL réunis dans 26 kilos de carbonite, métallure et moleskine pour faire top-moumoutte dans le studio du château d'Hermenonville, inséré dans un très pratique flight-case malheureusement livré sans les 8 roadies moustachus nécessaires pour le placer à côté de ses 27 congénères transistorisés sur scène.

La scène en effet car c'est là que l'horripilant JMJ a conquis les foules qu'ils n'a eu de cesse de convoquer toujours plus nombreuses aux frais de tous les contribuables de la planète dans des shows aussi mégalomanes que ses clips à coups d'harpe-laser, projections laser, couscous laser et autres tulututu beuglés par des sonos à faire passer Hiroshima un 6 août pour un caisson acoustique zen. Juché sur scène, invisible par les millions de spectateurs en dépit des projections de sa tronche de benêt réjoui sur les gratte-ciel de Houston ou les pyramides de Gizeh, le golden boy de la symphonie électronique pour VRP de chez Manufrance a construit son mythique portrait en pied en triturant trois mi et un sol sur sa guitare synthé avec laquelle il s'affranchissait de la pesanteur des instruments diplodociens dont il programmait l'enveloppe adsr et le vcs sur les mystérieuses courbes de l'analogie électronique.


Aussi agaçants mais non moins passionnants furent les autres figures du futur, fumures métaphysiques sous la forme d'une troublante paire mal gémellisée au patronyme aussi russophone que cosmique qu'étaient Igor et Grichka Bogdanof. Bien avant leurs controversées et fumeuses thèses des années 1999 (Fluctuations quantiques de la signature de la métrique à l'échelle de Planck pour Grichka) et 2002 (État topologique de l'espace-remps à l'échelle 0 pour Igor) décomplexifiées dans l'approximatif et super bouquin Avant le big bang, alors qu'ils arrivaient encore à maîtriser leurs excroissances maxilaires aujourd'hui hypertrophiées avant l'expulsion imminente de je ne sais quelque Alien monozygote, le binôme présentait l'émission Temps X, alpha et oméga de la vulgarisation de pacotille de la science et de la fiction. Devant le télévisuel spectacle sabbatique, pré-pubères et post-pubères de cariotype XY achevèrent de bâtir leur imaginaire d'un monde plus neuf et plus vrai, un pied dans le futur et l'autre jambe dans des babygros argentées post-Battlestar Galactica que même l'URSS ne voulait pas comme pyjamas pour ses cosmonautes dans leurs froides nuits miresques. François de Closets était le prophète du modernisme, les Bogdanov en furent les messies sur une bande-son de Jean-Michel Jarre.

Mais foin de combinaisons et brushings stellaires, la réduction de Jarre à l'électronique serait un juste procès s'il n'était nonobstant la partie émergée d'un iceberg riche de qualités musicales dont nous ne saurions développer les différentes branches tant de plus compétents que nous se sont décarcassés tels les Pères Ducros du Bontempi. Oh, pas que nous ayions la flemme de nourrir nos insatiables lecteurs de charmantes storiettes sur ces gonzes qui se sont crus malins depuis 80 ans à faire croire qu'une boîte maronnasse qui bilibilip valait bien une viole en aulne qui trille.
D'ailleurs, sérieusement, pouvons-nous répudier en toute sincérité ces pionniers sans qui on ne pourrait aujourd'hui télécharger des sonneries Crazy frog à 1,54 euro hors tarif SMS ? Comment ferions-nous pour patienter aux standards des plus grands services téléphoniques du monde (je dis bien : du monde !) sans la subtile reprise numérique du printemps vivaldien au Casio PT-20 ? Serions-nous aussi fiers de notre société occidentale sans le ballet de ces petits singes roses à roulettes vrillant les couloirs de correspondance des métros européens de l'air de la lambada en clignottant et virevoltant en des 8 chaotiques aux pieds d'un vendeur de gadgets en provenance du sous-continent indien (le vendeur, pas les gadgets qui sont eux singawaïnais du sud) ?

Alors Jarre vaut bien un hommage du grand Mario dans ce volume 44 de Pop Hits, le Hit parade chanté. Aucun des chanteurs du-dit Mario ne s'est pourtant risqué au jeu du grand ridicule sur la reprise de ce morceau sans paroles dont nous avons toutefois humblement tenté de rendre par l'écrit littéral l'effet cosmique de l'Oeuvre jarrienne. De facto, l'interprétation mariole, bien que courageuse et aux sonorités bien trouvées, est largement plus lamentable que la moyenne des différentiels original-reprise pophitisenne, eu égard sûrement moins à la carence en matos de pointe de pépé Cavallero qu'à sa technique au clavier, plus doué aux arpèges sur Hammond qu'à la prog sur Oberheim, les nerds comprendront et les autres feront semblant.

Était-ce alors inéluctable que Mario ne susse honorer Jean-Michel autrement que par ces pathétiques bup-tututubup qu'on croirait exécutés au cornet à piston électrique ? Eh ben non ! Ca vous en bouche un coin, hein ? Car oui, Jarre n'est pas seulement un immense compositeur doublé d'un interprète hors-pair : il est aussi un parolier de génie. Certains liront quelque sarcasme dans la précédente sentence alors qu'il n'en est point dans son second membre traitant de la qualité de librettiste indéniable chez JMJ, tout au moins une fois dans sa vie, au service du grand
Christophe et de la musique que le moustachu jetta sous ses Mots bleus. Que Dieu me bio-ionise les neurones si je m'en serais douté que Jean-Michel écrivit aussi bellement ! Jugez-en sur pièce plutôt que de glousser comme des pucelles demandant un autographe à Patrick Juvet :

Il est six heures au clocher
de l'église
Dans le square les fleurs poétisent
Une fille va sortir de la mairie
Comme chaque soir je l'attends
Elle me sourit
Il faudrait que je lui parle
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu'on dit avec les yeux
Parler me semble ridicule
Je m'élance et puis je recule
Devant une phrase inutile
Qui briserait l'instant fragile
D'une rencontre
D'une rencontre

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je l'appellerai sans la nommer
Je suis peut-être démodé
Le vent d'hiver souffle en avril
J'aime le silence immobile
D'une rencontre
D'une rencontre

Il n'y a plus d'horloge, plus de clocher
Dans le square les arbres sont couchés
Je reviens par le train de nuit
Sur le quai je la vois
Qui me sourit
Il faudra bien qu'elle comprenne
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus

Les mots qu'on dit avec les yeux
Toutes les excuses que l'on donne
Sont comme les baisers que l'on vole
Il reste une rancoeur subtile
Qui gâcherait l'instant fragile
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Une histoire d'amour sans paroles
N'a pas besoin du protocole
Et tous les longs discours futiles
Terniraient quelque peu le style
De nos retrouvailles
De nos retrouvailles

Je lui dirai les mots bleus
Ceux qui rendent les gens heureux
Je lui dirai tous les mots bleus
Tous ceux qui rendent les gens heureux
Tous les mots bleus

Tragique musicalement (il s'agit d'ambiance, pas de l'effet, ne me faites pas dire ce que je ne saurais penser), cette chanson l'est aussi par la subtilité des mots, pas si roses que le succès populaire pourraient faire croire, et dont on saurait difficilement saisir au premier abord les paradoxes cachés comme autant de palimpsestes du mitan d'une décennie ambiguë. Certes, l'interprétation  teintée d'amertume
de Christophe joue pour une part de morfal dans la beauté de la chanson, transcendée dans sa désespérance par l'appropriation qu'en fit 4 lustres après Bashung pour une face B qu'on retrouva avec bonheur dans une compilation de qualité, comme quoi on n'est pas obligé de pondre du Pop Hits à la chaîne pour savoir reprendre les airs des autres.

Alors quoi : Jarre Jr ne serait-il doué qu'exceptionnellement ? On ne peut en douter à l'écoute des nombreuses autres chansons où il a
collaboré, souvent à la plume mais pas que, notamment pour le vibrant Patrick Juvet avec qui notre vibrionnant claviériste a coécrit un bon paquet de daubes et quelques bijoux dont il ne serait pas exclu qu'on en traite donc quelque réinterprétation pophiette un de ces quatre ou le lendemain.

C'est quand même pour sa musique électronique, inaccessible pour Mario Cavallero, que Jarre fit sa réputation et la gloire du synthétiseur dans le monde entier, on croit rêver. La muséologie la plus chic comme la plus geek
garde d'ailleurs des traces des contributions de ces synthétiseurs analogiques sur lesquels Jarre picota ses trululu de ses longs doigts de fifils à Maurice parmi une collection dithyrambique à faire palir d'envie le dernier des nerds et votre serviteur de conserve, ah le sagoin de gosse de rupin.

Car non content de se ravir de musique électronique du meilleur comme du pire accabit, le maître breugueur de céans qui vous cause ici dans le poste tomba sous le charme des bidouilleries sonores très tôt au point de se la pêter tout gamin en acquérant avec les économies de 3 ans d'anniversaires, Noëls et autres petites souris le premier synthétiseur analogique compact du monde (oui, vous avez bien lu : du monde !), une proto-merde monophonique de 14 kilos connue sous le doux nom de SH 1000 dans la prestigieuse famille électroniponne Roland et dont mon exemplaire ne dépassa que rarement des harmoniques plus évoluées que la ligne de dialogue musical de Rencontre du troisième type, au grand dam de mon entourage plus horripilé par le zinzin qu'attristé par mon incapacité à m'élever au rang d'artiste comme mon maître Jean-Michel Jarre, au risque que, du haut de ma petite taille et frustré de cet échec créatif, je ne devienne une crapule politique complètement excitée, facho et qui veux à tout prix prendre le pouvoir, comme... b'en comme Hitler tiens.

Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.


Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 18:22
J'ai encore rêvé d'elle

J'ai encore rêvé d'elle
C'est bête, elle n'a rien fait pour ça.
Elle n'est pas vraiment belle,
C'est mieux, elle est faite pour moi.
Toute en douceur,
Juste pour mon coeur.

Je l'ai rêvée si fort
Que les draps s'en souviennent.
Je dormais dans son corps,
Bercé par ses "Je t'aime".

Si je pouvais me réveiller à ses côtés
Si je savais où la trouver
Donnez-moi l'espoir
Prêtez-moi un soir
Une nuit, juste, pour elle et moi
Et demain matin, elle s'en ira

J'ai encore rêvé d'elle
Je rêve aussi
Je n'ai rien fait pour ça
J'ai mal dormi
Elle n'est pas vraiment belle
J'ai un peu froid
Elle est faite pour moi
Réveille-toi.

Toute en douceur
Juste pour mon coeur
Si je pouvais me réveiller à ses côtés
Ouvre tes yeux, tu ne dors pas
Si je savais où la trouver
Regarde-moi
Donnez-moi l'espoir
Je suis à toi
Prêtez-moi un soir
Je t'aime
Une nuit, juste pour elle et moi
Et demain

Enfin je vais me réveiller
Je t'attendais, regarde-moi
À ses côtés, c'est sûr je vais la retrouver
Ouvre tes bras
Donnez-moi un soir
Je suis à toi
Laissez-moi y croire

Une vie juste pour toi et moi
Et demain matin, tu seras là.


Haa, Joëlle... Si Sheila était la fille des Français, Joëlle Mogensen, suave beugleuse du groupe proto-pompidolien Il était une fois, en était la fiancée.

Lead singer charmeuse d'un des rares groupes pop à l'anglaise de la France des 70's, Joëlle ensorcelait les imaginaires de toutes les générations et de tous les sexes, ce qui n'est pas peu dire si on a l'esprit un tantinet agile.

Icône populaire, blonde filasse mignonne et imparfaite où il faut comme il faut pour être suffisamment accessible pour les jeunes femmes qui s'y croyaient et les hommes itou mais plus quand même, Joëlle aurait pu poser pour les pochettes de Pop Hits, le hit parade chanté, et certaines de ses tenues d'époque 100% bennyhilliennes sieyaient autant que ses poses à l'esprit de la grande collection. Pull au ras du moteur, bottes glitter, corsage bouffant translucide lavé avec Coral qui garde tous les textiles modernes plus frais plus propres, short tellement moulant qu'elle pouvait le garder chez le gynéco sans qu'il n'en rate une miette au cas où la Jojo aurait fait des choses croquignolettes avec son parisien-cornichon, j'arrête là sinon ça va syncoper dans le public. La panoplie complète quoi.

Michel Laguens a du être jaloux de ne pas l'avoir fait poser. On retrouve d'ailleurs chez un des mannequins fétiches du grand illustrateur de galettes cheese-cake une troublante ressemblance, sosie dont le nom nous échappe et ce n'est pas faute d'avoir fouiller tous les bacs poussiereux des Trocs de l'île et cartons de disques à 1 € de France et de Bavière et racheter les stocks de compilations à la tonne dans un but historiographique dont personne ne doute mais alors là personne dans le but unique de voir apparaître enfin acollé au crédit du photographe le nom de la blonde, au cas où.

Mais trève de glose sur la plastique mogensennique et de ses clones, c'est une autre histoire, nous y reviendrons incessamment. D'ici-là, il serait temps de s'attaquer au plat de resistance, à la musique et aux paroles de J'ai encore rêvé d'elle, parce que tout le monde attend impatiemment qu'on rende hommage à ce monument que Mario Cavallero a lui-même honoré dans son tome XXI (ça jette quand même plus qu'opus 21) de Pop Hits, le hit parade chanté par Mister Mario Cavallero himself, enfin pas que parce qu'il se trimballe toujours son orchestre et ses chanteurs, dont Lili Montès avec qui Mario l'a poussée. La chansonnette. Vous suivez ? Bon d'accord, on y va :

Ayayay la vie de ma mère ces paroles ! Torrides et pourtant cérébrales, le lacanisme en bandoulière et la lessive dans le sac à dos, elles portent la sexualité au paroxysme de la normalité, du banalissime, du quotidien puissance 7, comme une plongée dans l'hyperréalisme de la vie sentimentale au pays des pattes d'eph et des chemises en lycra. Cyniques ou sincères,
elles accrochent et dérangent parce qu'elles sont crédibles dans leur médiocrité et leur possibilité. Notre héros qui conte ses émois à la première personne a "encore rêvé d'elle / C'est bête, elle n'a rien fait pour ça". Bel aveu de la simplicité de l'amour naissant qui se passe d'éclairs tonitruants et de regards pénétrants au travers les foules de halls d'aérogares pour se concentrer sur l'imparable, le basique, les fondamentaux aurait dit Charles Bietry : l'étrange et pénétrant, quasi proustien, l'onirique moite et incontrôlable, le transgressif des barrières raisonnables par-delà le sommeil paradoxal et ses déroutements de la conscience maîtrisée vers les chemins tortueux de l'activité corticale délivrée des schèmes sociaux et enfin pilotée par une paire venue du fond des braies : bref, le fantasme refoulé.

Les coucougnettes ont pris le pouvoir, et on n'aurait pu croire qu'elle fut si désirable, presque comme si elle faisait même tout le contraire pour qu'il ne songe jamais à elle. Mais paf ! c'est rapé. En plus, la nature ne l'a pas gâtée,  "
Elle n'est pas vraiment belle" quoique ça arrange le mec puisque "C'est mieux, elle est faite pour [lui]". On semble nager en plein romantisme, elle est "Toute en douceur / Juste pour [son] coeur" mais on baigne dans le rousseauisme le plus pur, que même Lévi-Strauss il n'en a pas trouvé des comme ça chez ses Papous et autres Zoulous alors que c'était là, sous notre nez, Brel le savait bien lui. C'est puissant comme la force des sociétés paysannes où femelles et mâles s'acceptaient comme ils étaient, simplement, sans chichis. On se mariait puis on s'aimait. C'était simple, c'était comme ça. Et vas-y que je te repeuple la France.

Mais le giscardisme faisait à peine oublier le pompidolisme que la modernité de cette société des R 16 et des chaînes hi-fi bouleversait le mol ordonnancement du pré-coïtus. Sont-ce les trépidations du premier choc pétrolier ou bien l'effondrement des Lip, les dos nus de Mireille Darc ou les crânes
d'oeuf de notre duo de l'exécutif, toujours est-il que Serge Koolen, fugace musicien d'accompagnement de Polnareff avant de se faire lourder par le blondinet lunetté entré en dépression après une tournée délirante mais musicalement exécrable en 1970 puis de Dick Rivers après la fermeture de sa boîte à tubes, pathétique parolier et chanteur de J'ai encore rêvé d'elle, compagnon à la ville comme à la scène de Joëlle pendant 9 ans, et qui chaussait du 41 mais un peu large, Serge truc donc pose le semi-quatrain qui bouleversa une génération de post-pubères en cols pelle-à-tarte : " Je l'ai rêvée si fort / Que les draps s'en souviennent" vite suivi d'un "Je dormais dans son corps". Doux Jésus, Sainte Branlette, que se passe-t-il donc ? Le service en 140x220 offert par tantine Huguette, celui avec les rhododendrons oranges et violets, celui-là même qu'elle lui commanda aux Aubaines pour son emménagement à Limoges où il allait passer sa capacité de droit reclus dans un garni du quartier Saint-Guy-Lux, zouip splash ! en un coup de cuillère à pot, le voici de sa semence maculé par l'influence d'une réminiscence nocturne.

La France a peur. Elle se réveille engluée du bassin dans une toile imprimée 73% polyamide, 27% polyester. RTL crache l'horreur évadée des turpitudes noctambules. Quand le grand Rochefort rêvait de la fille en rouge à travers les translucides cloisons d'un open-space du 17e étage, Il était une fois la médiocrité faisait éjaculer en mi, sol et ré. Pourtant, nulle censure mais l'encensoir pour la bluette beuglée par la belette et ses blaireaux. Des ondes jaillirent le canon qui scisaille les tympans à coups de
"Siii-je-pou-vaiiis-me-ré-ve-illeeer" exécutés au falsetto mécanique masculin et autres répons "Ou-vre-tes-yeux, -tu-ne-dors-paaaa-ahahaas" exterminés à la chignole électrique féminine. L'air est inexpulsable une fois qu'il s'est frayé un passage au travers les pavillons auriculaires jusqu'au cerveau le plus reptilien qui la fait ensuite virevolter tel un Derviche collant par la force centrifuge aux parois de nos crânes d'homo sapiens sagrince.

Ce que cela a pu emballer sur cette ballade un million de fois vendue ! Combien furent humectés d'yeux, de lèvres et tutti frutti ! Les idoles glamour de la France de ce printemps 75 vont gonfler autant les esthètes germanopratins que les statistiques de la natalité de 76. Bien des années après,
cet antagonisme amoureux porté en chansonnette déchirante interroge les tréfonds de notre société. Les Frères Taloche ont tenté médiocrement d'expliquer la gestuelle cachée derrière. Aujourd'hui, après les reprises merveilleuses de Peter & Sloane, de la Star Ac' ou de Pierpoljak, des milliers de karaokés et playbacks font compisser la jeunesse française du XXIe siècle, preuve étant du caractère intemporel de la création musicale hexagonale du mitan des 70's, et des textes surtout, nondudjuu, des textes !, n'en déplaise à certains esprits chaffouins et autres modernistes à tout crin.

Du couple si commun mais si bandant, Joëlle donc tira la couverture à elle, quand elle ne la rejeta pas devant quelques lentilles nikoniennes.
Quelques années avant sa mort tragique par  un oedème pulmonaire dont on se gardera bien d'expliquer la cause par une quelconque over-dose d'héroïne nullement démontrée et sans fondement éthique, Joëlle fit dans une revue de droit médical un cours de violoncelle peu baweuresque mais peut-être plus efficace en fin de compte. Je ne sais pas, je préfère le triangle.

Difficile pourtant de ne pas douter des compétences musicales de la Jojo dont il fallut recalibrer la vitesse de défilement de l'enregistrement de sa voix sur J'ai encore rêvé d'elle pour qu'elle nous éreinte l'ouïe le plus justement possible à moins d'un demi-ton pour que ça ne s'entende pas trop. Alors de là à recevoir des leçons de corde par une fille sans string, laissez-moi m'étrangler, non en fait ne me laissez pas.

Décidément, difficile d'éviter toute souillure séminale du linge de maison en contant Il était une fois.

Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.




 .
Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article