Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


Mais C'est Où ?

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

Rétroviseur

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

Les Plus Du Service Pop Hits

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:00

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-1

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-3

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-5

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-6

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-8

 

 

Pour faire la guinche, rien de mieux qu'un disc jockey maison. Grandes et petites galettes vinyliques fournirent rapidement à la jeunesse dévergondée les moyens de danser en costard cravate et jupe serrée.

Ah ! jeunesse captive au marquettage des plus cyniques...

Les multinationales envahirent les médias de leurs chevaux de Troie les plus torves. Parmi les firmes les plus perverses, certaines couplèrent la vente de leurs petites compiles vaguement gigotantes avec la présentation de leurs meilleurs produits en dos de pochettes. La Bonnèterie de Moreuil (dans la Somme) étaient de ces monstres planétaires usant de leur puissance financière pour contraindra leurs cibles fragiles et les enjoindre par des mises en situation favorable à acheter leurs daubes tricotées.

Rhabillée pour l'occasion en une marque sexy (Bomo, ça claque, ça gicle, ça mouille !) reprenant habilement les radicaux de son nom, la Bonnèterie de Moreuil acheta par l'entremise de Jean Berthier Publicité (rha le bâtard) des productions clé en main à divers éditeurs phonographiques d'alors (Auteuil, Wagram...) en petits paquets de 4 chansons.

Comme d'hab', des orchestres professionnels de seconde zone y reprenaient à leur fade sauce quelques unes des scies du moment, rejouées pour diminuer les rétributions aux interprètes originaux.

Comme d'hab', le sens de la fête se décline en une accroche visuelle où une jeune femme (parfois accompagnée d'autres puceaux) charme le chaland par des poses aguicheuses. Chez Bomo, la quiche aguiche par la guinche chaloupée, la trinque d'une coupe ou la glisse d'un saphir sur son pick up portatif, c'est selon l'humeur du photographe (Jean Ray, connu essentiellement pour ses Ekta pour Bomo).

Comme d'hab', un habillage conceptuel dessinait un cadre moderne à ces livraisons : Discothèque Bomo (le côté collection pro, dont chaque opuscule est numéroté comme il se doit pour être ensuite classé dans les étagères juvéniles), Boum Bomo (la fête, la jeunesse, et l'allitération sonore du slogan qui claque), tous les succès du "HIT PARADE" pour faire up to date. Et tous ces mots si anodins mais qui résonnent dans les cortex post-pubères comme autant de sonnettes pavloviennes, les faisant saliver d'avance du panard qu'ils ne manqueront pas de prendre.

 

Le panard, c'est le cas. Bomo, roi mondial de la chaussette et de la jarrette, établit alors son coup de maître, qui assit sa supériorité marketing sur tous les autres nouveaux mécènes des arts émergents. Ce blitz krieg commercial dépasse l'habituelle réclame qui se réduit généralement à ne citer que son nom sur la pochette ou à offrir ces disques comme cadeaux promotionnels pour l'achat de 3 paires de chaussettes jersey.

Non, Bomo frappe un double grand coup (au porte-monnaie) : comme ses grands frères de La redoute, Bomo ne diffuse pas gratos mais fait payer son catalogue de produit à ses clients, alors même qu'ils vont à nouveau se délester de quelques Nouveaux Francs pour des cardigans violets (rrrrrrr). Car ces coquins tisserands picards présentaient à chaque livraison de leurs Boum Bomo que venaient d'acheter les pauvres bambins 4 de leurs produits au dos des pochettes, escomptant des actes d'achats compulsifs supplémentaires. 

Les salauds !


 

PopHits-SurPats-BoumBomo-1vo

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-dos2

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-dos6

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-5vo

 

Les filous !

Comment vouliez vous résister devant de telles offres de produits de qualité à portée de bourses, alors que vous aviez déjà abattu toutes résistances à cette marque démoniaque dont vous vous délectiez de la musique de sauvage qu'elle larguait sur une jeunesse en pleins émois sensitifs d'un corps turgescent ?

 

Les sagouins !

 

Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.

 

 

PopHits-SurPats-BoumBomo-Pat

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - dans Cheese cake covers
commenter cet article

commentaires

Ska 04/01/2011 17:24



Ces pochettes sont magnifiques... Bel(les) ensemble en effet...


Une petite préférence pour la première, si stylisée...



Christophe 29/12/2010 20:02



J'ai décidé il y a 1 an ou 2 de laisser davantage sa chance au produit, i.e. les pochettes. le format des 45 tours est adapté, et ces petites séries devraient fleurir progressivement sur
Pop Hits, pour la joie des plus grands et des petits.


 


Quant à la Boum Bomo, ces quelques pochettes étaient exposées dans un désordre total depuis quelques années au fur et à mesure que je les trouvaient. Elles se retrouvaient sur des
étagères devant des livres, sur un ordinateur, etc. Et maintenant, numérisées. Et c'est un fait indiscutables qu'elles prennent un autre sens ainsi collectionnées et mises ensemble. L'invitation
à les collectionner sur la pochette a été reçue 5 sur 5... 50 ans après !


 


Il me va quand même falloir compléter la série. On va laisser venir au fil de mes pérégrinations en dépôts vente de banlieues.



arbobo 29/12/2010 12:13



wholala que cébô !


sans dec oir la collection comme ça, j'adore.


je me recouds un bouton et je reviens



Christophe 28/12/2010 22:27



:D



The Civil Servant 28/12/2010 19:34



Et ils avaient DEUX employés qui faisaient toutes les photos :


on reconnait Corinne du service compta et Jean-Michel, le fils cadet de la chef des achats.


Corinne, depuis lors s'est mariée avec Ringo Willy Cat, alors qu'il sortait à peine de son chagrin d'amour avec France Gall (non ? mauvaises
fiches ?), qui lui a fait 18 enfants et se fait désormais appeler Ringo Willy Rabbit (il a d'ailleurs repris une enseigne de livraisons de pizzas
minutes).


Quant au fils de lache teuse, il a repris le collier familial, mais en tant que trader dans une banque qui fait des crédits dans le Nord : warrants sur la laine de Nouvelle-Zélande, obligations
dans les entreprises de merinos argentins et junk bonds dans l'ile d'Aran n'ont aucun secret pour lui.


 


Mais, ça, qui le dit ? Hum ?