Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


Mais C'est Où ?

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

Rétroviseur

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

Les Plus Du Service Pop Hits

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 00:20

popHits14-lovetofrontI love to love you baby...

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

Do it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby...

Lay your head down real close to me
soothe my mind and set me free
set me free

I love to love you baby...

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

Do it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby...

I love to love you baby...

I love to love you baby...

Love to love you baby baby...

I love to love you baby...

PopHits14-lovetobackWhen you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

Do it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby

Lay your head down so close to
soothe my mind and set me free
set me free

I love to love you baby

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby

 

 

 

Disco parmi les discos, premier dans le temps comme dans la qualité, Love to love you baby est de ces détrempeurs de strings et de dessous de bras dont la Création fut chiche. Torride en plein été (où l’on admirera la finesse du chroniqueur qui évoque par ricochet le patronyme anglicisé de la belle Donna ayant alors tudesquement convolé), LaDonna fut portée par Giorgio son italo-teuton pygmalion, producteur, compositeur et néanmoins humble pionnier d’un disco qui posait alors ses premières fondations.

N’ergotons pas sur l’origine du disco et du maxi 45 tours, soulignons seulement que ce morceau aux 23 orgasmes certifiés par la Beeb, en version courte comme en version longue a été un moment de l’Histoire des dance floors qu’on ne saurait minimiser pour manque de légitimité. D’ailleurs, si on devait décrédibiliser les producteurs habiles, on jetterait 95% du rock’n’roll des 50’s et du R’n’B des 60’s, alors hein, bon.

Ne nous étalons pas trop sur Donna, la crème du disco dont nous explorâmes déjà ce morceau via la reprise chaloupée de Mario Cavallero, son orchestre, ses chanteurs en un petit billet légèrement rénové pour l’occasion. On se risquerait d’y apporter quelques compléments de trop finalement plus anecdotiques que vitaux.

Il est plutôt l’heure de l’écoute et de s’en reprendre quelques tranches diversement accompagnées :

 

de moutarde forte, Tabasco, piments d’Espelette, poivre de Cayenne et toute ce sorte de choses pour la torride version longue d’origine par Donna « je me roule comme une garce sur le sol du studio plongé dans la pénombre pour enregistrer cette tuerie » Summer, 16’40 qui donnent au maxi toutes ses lettres de noblesse, rarement égalée, existe aussi en bleu (et en album complet),


 

- de cassoulet pour la version par Mario Cavallero et sa Lili « je fais des orgasmes comme je trais les vaches » Montès,

de poppers pour l'approximative prod Petshopienne pour Kiki Kokova d’il y a peu, preuve que la controversée homophobie présumée de Donna « la subitement bigote » Summer a su être dépassée par la crème de la gay pop, pas cons les mecs qui savent distinguer le talent de la connerie chez les mêmes artistes (atteution : message de l’auteur),
 

d’airbags pour la passable, très passable, pas passable du tout en fait  « interprétation » de Samantha « Blow me ! » Fox,

- de ketchup et mayo pour cette dégoulinante reprise à chaud par la Ritchie « toujours dans les meilleurs coups pour se rendre ridicule » Family,

- de fraises Tagada pour une cover un peu légère mais pas si con pour le génialissime Zoolander par No « On a du succès mais on sait pas pourquoi » Doubt,

et, bien évidemment, une deuxième rasade de Worcester, gingembre, viagra et toute cette sortes de choses pour la sexiest version de Beyoncé « J’ai tout compris et je vais te foutre le feu au falzard en moins de deux » Knowles, avec qui on prendrait bien un verre. Ou un bain. Ou les deux.

 

 

C’est sûr que quand on décide d’emballer sur Love to love you baby plutôt que sur Feelings, c’est assurément qu’on souhaite baiser ce soir plutôt que l’an prochain.

 

Mais ça, évidemment, personne n’ose le dire.

 

Donna-Summer-1978

Partager cet article

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr, artiste multimédia - dans Disco machine guns
commenter cet article

commentaires

Christophe 23/08/2010 08:29



Ah ça, elle a même enfoncé je t'aime moi non plus et la Décadanse en une seule et même chanson, la poupette !



willycat 22/08/2010 17:03



Donna Summer l'une des meilleures jouisseuses du disco.



Xavier 17/07/2010 14:39



Ce titre est effectivement assez... troublant.


J'adore le concours de natation synchronisée qui se déroule derrière Donna Summer dans la première vidéo. Le mec en collants est énorme!



Christophe 15/07/2010 07:45



Moyen, moyen pour I'm coming out. De sa période "disco", je préfère le pas assez dansant mais mélancolique Upside down.



Lulu dit Loulou 15/07/2010 01:52



Ah, cher Monsieur! Depuis que vous avez entamé cette chronique couvrant nos jeunes années, tous les jours me tourne dans la tête le "I'am coming out" de Diana Ross... Peut-être y avez vous pensé
également?


 


Mais cet article-ci est très bien, il me plaît beaucoup.