Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


Mais C'est Où ?

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

Rétroviseur

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

Les Plus Du Service Pop Hits

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 22:23
Deluxe edition :
Billet original de 2006 édité dans son jus d'époque et massivement complété avec de la vraie musique en dedans (dont la version Pop Hits !), des nouvelles pochettes (dont plein de pastiches de Whipped cream) et toutes les images plus grandes et plus belles, le tout édité le 14 juillet 2010.

Bonus Extra :
Plein de versions de Love to love you baby dans l'épisode 04 de notre série de l'été 2010 Disco Machine guns


PopHits-HitParadeChante-24.jpgLove to love you baby

I love to love you baby...

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

Do it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby...

Lay your head down real close to me
soothe my mind and set me free
set me free

I love to love you baby...

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

Do it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby...

I love to love you baby...

I love to love you baby...

Love to love you baby baby...

I love to love you baby...

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby...

popHits14-lovetofrontDo it to me again and again
you put me in such an awful spin
in a spin

I love to love you baby

Lay your head down so close to
soothe my mind and set me free
set me free

I love to love you baby

When you're laying so close to me
there's no place I'd rather you be
than with me here

I love to love you baby
 
PopHits14-lovetoback
Bon, comme ça, à juste lire les paroles, même si la pochette affriole, c'est beaucoup moins chaud que la version gigotée par Donna Summer en 75 : 
 

 
Et encore ! Vous n'avez probablement pas entendu la version cavalleresque hahannée par Lili Montès, fidèle d'entre les fidèles du grand orchestre de Mario C. :

Rrrrrrrrrrrr !!!

PopHits14-donna summer plumage stdOn dit de ce morceau (l'original de Summer, pas la version pophiette, voyons) que c'est un classique des classiques. Or, si c'était un classique, on parlerait donc de...  de ??? de musique classique bon sang ! Comment conter alors l'histoire de ce tube disco dans un univers classique ? Ce serait ridicule. Bon, si on essaye quand même, ça donne à peu près ça (avec l'aimable autorisation de notre collaborateur DJ Cyberdog qui hébergea cette navrante  storiette naguère) :
 
Giorgio Moroder était KapelMeister dans les faubourgs de Munich, près d'un fort de mousquetaires venus du nouveau monde. L'une des donzelles d'un spadassin, venue le rejoindre dans les contrées germaines, le quitta pour un repriseur de hallebardes teuton (en fait autrichien mais il avait quand même un sale accent boche), du nom de Helmut Sommer, ça ne s'invente pas.
 
Herr KapelMeister remarqua la jeune épouse dans une vèpre un peu chaude consacrée à la capilarité  ébouriffante et très en vogue à l'époque où LaDonna (car tel était son nom de baptême) officiait dans la langue de l'inspecteur Derrick au sein d'un choeur des vierges supportant avec force démonstrations aérienne du sacrum un castrat pathétique qui louait die Caaaaliiiifoooorniiiiieeee. Giorgio, flanqué de son bedaud Pete Belotte (ça ne s'invente pas), proposa à la jeune pécheresse (elle venait de quitter Helmut, va savoir pourquoi) d'intégrer sa maîtrise personnelle, en tout bien tout honneur bien entendu (bien entendu).
Après lui avoir composé quelques partita, Giorgio lui écrivit un motet rien que pour elle, en hommage à la dévotion pour Dieu (Love to love you baby), et en fit une version réarrangée pour les longues messes d'hiver sous le nom de club-mix* pour une durée de 17 minutes, peu communes à l'époque et maintenant aussi.

Toutes les salons d'Europe s'arrachèrent cet ensemble musical.
* On ne confondra pas avec le club-pâté-mayo, inventé après et plutôt entre les Ardennes et Marquette-lez-Lille.
ltlyb_live_small.jpg

En fait, cette histoire racontée ainsi n'est pas ridicule, non non. Elle est franchement débile (pas l'histoire, authentique, elle, mais cette transposition moyen-âgeuse (nous avons fait ça uniquement parce que nous avons un co-financement du ministère de la Culture)).

Et puis mieux vaut se répandre ailleurs pour déguster ce morceau diversement.


PopHits-HitParadeChante-24.jpgDe toute façon, là n'est pas l'objet de la chronique de ce jour, consacrée certes à la lascivité, ce dont LaDonna était fort bien pourvue, mais aussi à la crème (le thème du billet, suivez noudoudjou !).
Or, de crème, il n'y a que pouic chez  Donna (les paroles et images le prouvent ci-dessus), et à peine un chouia de crème sur la pochette de ce n°24 de Pop Hits, le hit parade chanté. (pour vérifier, la revoici ci-contre, la pochette 24).
Et de lascivité, si Summer en abusa (ah ça !), que nenni pour notre affaire pophiette opus 24, tant dans l'interprétation de serveuse de fromage à la coupe au Mammouth de Vierzon-sud de Lili Montès, égérie de chez Damart avant d'être débauchée par Mario pour michèletorriser, que dans la photo d'illustration de cet épisode Pop Hits 24 commise par PAF International (non, il ne s'agit nullement d'une variation comico-graveleuse sur le nom du studio photographique PAF International, mais l'authentique référence de la prise de vue pour cette pochette du Pop Hits 24. Et d'une dizaine d'autres d'ailleurs. On croit rêver...).
Pis, aucune pochette de la série Pop Hits ne fut aussi non sexy que ce 24e volume. Limite scandaleux ! Pourtant, il y en eu des mimis des couvertures, voire des particulièrement chaudasses. Z'avez qu'à consulter notre rubrique les pochettes !!! là-haut à gauche, allez-y tout seul, j'ai peur de vous saouler par trop de balades hypertextuelles.

Mais là non. Habillée comme un automne de chez Pantashop, le mannequin qui s'appelait sûrement Jacqueline ou Marie-Sylviane suçotte vaguement un peu de crème fouettée derrière ses belles dents blanches croquinant à peine son speculoos prête à le recracher de peur qu'il ne fut parfumé au glaire de chameau.
C'est pas Michel Laguens qui se serait permis une telle assexurie picturale, lui qui nous propose plutôt par exemple ça, pour une compile de 74 :


laguens20.jpg
Déchiros non ?
Rhalala, on en connait pourtant des manières de fouetter la crème sur des pochettes de disque sexys.
Bon OK, c'est un peu tiré par les cheveux, mais nous y voici ! (quel détour spécieux pour en arriver là, pathétique...), par la grâce d' Albert-derrière-qui-l'herbe-ne-repousse-pas et son soutif tyrannique (Herb Alpert and his Tijuana Brass en VO non sous-titrée), méga vendeur devant l'Éternel (pas plus fort que les Beatles quand même mais il a été le seul à coller 5 albums en même temps dans le top 20) et pourtant conchié par les snobs pour la facilité avec laquelle il bossanove et rumbise.
Certes, Herb Alpert a été davantage gaussé pour sa musique, que certains croient produite par Otis (pas Redding, les ascenseurs), que pour la très appréciée et léonardienne pochette de son album le plus vendu à travers le monde, Whipped cream & other delights, dont d'autres ont déjà causé suffisamment bien pour qu'on en rajoute pas.
La pochette ? Quelle pochette ? Eh b'en celle-ci :

PopHits14-whipped-cream.jpg


Aïe aïe aïe la vie de ma mère ! comme aurait dit futur bébé Erickson s'il avait pu parler à l'époque au travers la couche de crème qui le recouvrait, sans parler du placenta de sa mômon Dolorès qui posait pour Herb sous la pudique et blanchâtre lacture battue masquant son 3e mois de gestation.
 

PopHits14-dolores-erickson-natkingcoleQu.. Qu.. Quoi ?! Toute cette crème pour cacher une grossesse naissante ? Monnnnnnœil ! éructent en chœur 15 millions d'internautes (chiffre médiascopie de fréquantation de ce site à partir de cette image) découvrant la véritable raison de cet épandage de semence bovine sur derme humanoïde à tendance brunette à forte poitrine et charme fou.
Ca, du charme, Dolorès Erickson en possèdait plus qu'il n'en faut, faisant de ses formes son fond de commerce devant les objectifs de photographes pour disques de musique chaude et les Steadycam de réalisateurs de soap indigestes.
Cette copine de Marlon Brando et des Everly Brothers qu'elle cotoyait dans les cours de comédie qu'elle fréquentait pour essayer d'améliorer ses performances dans les séries télé de seconde zone où elle minaudait, était aussi une proche d'Ole Blue Eye (le grand Frank, rien que ça !) qui lui présenta l'un de ses cousins avec qui elle sortit et Nat King Cole, avec qui elle ne sortit pas ou alors on ne me l'a pas dit mais pour qui elle posa avec quelques unes de ses copines modèles de l'époque pour un portoflio dans l'album Wild is love, à ne pas confondre avec le 45 tours du même nom. Cole chanta d'ailleurs au mariage de Dolorès, la classe Mc Fly !

17 couvertures suivantes (dont Piano Witchcraft de Cy Coleman ou The touch of your lips de Nat king Cole là au dessus) ne laissèrent plus douter : Dolorès est l'homme de la situation (et quand je dis l'homme, j'embrasse aussi les femmes).

PopHits14-dolores-erickson-cycoleman-pianowitchcraft
PopHits14-TheSandpipers-Guantanamera
Jerry Moss, le cofondateur d'A&M, maison de disque d'Herb Alpert, et Herb Alpert, trompettiste de charme et de dynamite et cofondateur d'A&M, la maison de disques d'Herb Alpert, étaient aussi des potes de Dolorès depuis un enregistrement en 1962 dans le garage d'Herb (aucun jeu de mot). Dolorès qui décidément connaissait du beau monde, les mit en lien avec le photographe Jerry Whorf, déjà responsable du cliché du touché de lèvres natkingcolien ci-dessus.

PopHits14-Dolores-shot-couleurAlpert & Moss décidèrent de la faire poser en Joconde à la normande 45% MG pour la nouvelle galette d'Herb (aucun jeu de mot non plus) sous l'œil de Jerry donc, qui leur avait proposé l'idée depuis 3 ans mais qui avait eu du mal à les convaincre (surtout Dolorès, faut comprendre).
Pour $ 1,500 (en fait 1 500 dollars, mais ça s'écrit comme ça en américain), Dolorès quitta provisoirement les podiums et magazines de New York pour un studio losangelessois, où, après l'avoir délicatement couverte d'un drap, Jerry, qui était aussi connu pour avoir de la réserve, l'aspergea de 75 livres d'Elle & Vire épaisse légèrement battue (en fait, il utilisa de la mousse à raser, sauf pour la touche frontale). Il souhaitait donner une touche genre "Belle des champs sur guacamole" à la Manet tex-mex, fond vert moiré que le ouèbe a du mal à rendre autrement que glauque fluo, une sorte de crème de pistache atomique.
Les 90 jours de pré-maternité méritaient d'être masqués (quoique), mais pas la beauté de celle qu'on comparait alors à Audrey Hepburn (pour la candeur) ou Sophia Loren (pour... pour... enfin bon pour tout le reste).

L'effet fut dythirambique et difficilement imitable lors du 40e anniversaire de l'album pour lequel fut éditée une compile de remixes moyennenment convaincante, de la fade pochette aussi sexy qu'une glace au boudin (Bloody Sundae en anglais) si peu respectueuse de l'effet Whorfo-Ericksonnien de 1965 jusqu'aux musiques, pas mal mais sans plus. 


PopHits14-rewhipped-fulllarge

 
En bref : pas mauvais, mais pas le délire.

Rewhipped

Alors donc : la pochette !
Bon, d'abord, vu qu'elle emballait à mort (un disque en l'occurrence), cette pochette rapporta un tas de blé à Herb (toujours pas de jeu de mot), déjà que ça marchait bien pour lui, merci. Il se fait depuis lors les castagnettes en or avec cet album, pourtant pas le meilleur (mais pas mal quand même).
Dolorès, quant à elle, n'en profita pas outre mesure et ne se fit rien en or, bien que vivant très bien. Ses lustres suivants furent bien remplis par son mannequinnat à NYC au service de la mode sur pratiquables ou en quadrichromie. Au mitan des 70's, à peu près à la période où Pop Hits 24 sortait, Dolorès quitta le métier, se maria vaguement avec un connard et se mit à peindre des croûtes. Elle est quand même très sympa et répond gentiment et positivement aux sollicitations des journalistes et photographes, particulièrement depuis 2002.
Quant à Herb Alpert, il a continué de truster les premières places des hits parades dans les années 60 mais la suite fut davantage consacrée à des galas à Las Vegas et à la cogestion de son label A&M avec Jerry, dont on aurait tort de voir son homme de paille en Herb (là ça y est, vous pouvez rire).

PopHits14-whipped-cream-bikiniL'album Whipped cream... fut pourtant, à cause de sa pochette, un choc culturel que Warhol aurait pu théoriser dans sa théorie de la répétition comme transcendante d'une nouvelle beauté subjectivée par la multiplication presque identique.
...  
...
Brmpf....
Bon, d'accord, faisons simple, on est quand même sur le ouèbe : ce ne sont pas seulement les 6 millions de couvertures de l'album écoulées qui transfigurent et mythifient la pochette, mais les pastiches qui en furent faits.

Les artistes et les publicitaires les plus bidons purent se faire un peu de gras en réutilisant pertinemment le succès d'Alpert et de sa Mona Lisa crèmeuse, comme par exemple le discoïde Sweet Cream qui sortit en 1978 un album éponyme comme on écrit (parce que ça ne se dit pas, meuuuuh non) :
 

PopHits14-sweet_cream.jpg

 
Certes, le photographe a essayé de faire dans le sexy (le modèle est joli) et dans la provoc (le modèle est noir) mais la pose un tantinet scolaire est gâchée par l'aspect plâtreux de la crème. On dirait du Gaviscon® vomi par mon chien (par Bosco, Itou, le vieux qu'est mort) et assemblé frénétiquement à coups de fourchette par un Richard Dreyfus en quête de rencontre zarbi.

Dès 1966, les mamies de Frivolous Five avaient revisité avec beaucoup d'humour la mythique pochette de l'album latino jazz pour beugler des scies du patrimoine de la variété étatsunienne :


PopHits14-Frivolous5
La médiocrité des chansons est heureusement oubliée par l'audace du pastiche et la qualité artistique de la réalisation, couleurs, pose, lettrage, onctuosité de la crème, la totale.
D'autres artistes avaient moins de moyens pour s'acheter assez de crème ou louer les talents d'un graphiste, et se rattrappèrent sur l'humour gastronomique :


PopHits14-wildmansteve.jpg
Ha ha ha sacré Steve !

Bon, ne nous égarons pas, et revenons aux vrais pastiches de Whipped cream... Troublante est la proposition du groupe grunge FM Soul Asylum en 1988 qui venait de signer ça chez A&M :
 

PopHits14-SoulAsylum
Outre la composition graphique de grande qualité, l'effet décalé de la pose masculine est démultiplié par l'aspect peu ragoûtant de la sauce qui, comme le rappelle le titre, est une mayonnaise pour fruits de mer dont les odeurs firent flancher le cœur du bassiste de Soul Asylum Karl Mueller pendant la séance (flancher le cœur, c'est que nous utilisons dans notre jargon technique à la place de déborder l'estomac, gicler des intestins, geysérer des boyaux, dégobiller du bide, enfin bon vous voyez).
Pour la musique, l'effet est également peu ragoûtant.
Très bonne idée également pour ce pastiche qui emballe par ailleurs une très très bonne compile de tubes de seconde zone que l'équipe du site Pop Hits fait tourner régulièrement dans son iTunes. L'idée, nonobstant l'adaptation du lettrage et de la couleur un peu faiblarde, est magnifiée par un jeu de mots de première bourre. On en mastiquerait bien un bout :

PopHits14-righttochews.jpg

Dans le genre compile, des titres surf ou censés l'être (en fait du west coast assez inégal) ont été médiocrement repris et hideusement emballés en 99 dans une pochette puisée dans l'univers d'Herb Alpert, et pour cause : celui-ci étant repris deux fois dans cet assemblage très dispensable :

PopHits14-surfinsenorita.gif
Tant qu'à faire dans le mauvais goût, mieux vaut se tourner vers les collages post-modernes imbitables de Jabberwocky qui offrent leur musique gratos, c'est le moins qu'ils puissent faire :

PopHits14-Jabberwocky-EatShitAndDie.jpg
D'autres variations sur la pochettes furent davantage dans l'esprit graphique verdâtre au lettrage simili art-nouveau à la sauce space pop, comme ce que proposèrent Pete Nero en un hommage trompetté très vulgairement à Herb Alpert :

PopHits14-Pete-Nero-500.jpg

Ou pire encore (musicalement parlant) par une chiée de tubes populaires passés au sanibroyeur Hammond de Bob Ralston :

BobRalston-8track
On ne sait que penser de cette folledingo de Cherry Capri, dont une vidéo hilarante laisse à penser que le grand Richard Cheese a des émules.

PopHits14-Cherry-Capri-copie-1.jpg
Bel hommage également à l'esprit et au graphisme pour cet ensemble ricain qui ne manque pas d'humour, à défaut de talent assez moyen pour la molle bouillie qu'ils font du hit album concept nazi Carmina Burana, pépite que les fans d'EBM et de Numetal se repaissent pour l'intro de 98% de leurs concerts préférés:

PopHits14-BuranaBrass.jpg
Reprise du titre et du graphisme de l'album par le combo power pop des 90's très pertinemment oublié Cone of silence :

PopHits14-coneofsilence2
Moins bien maquetté mais encore plus explicite quant à l'hommage (pour le nom seulement), les suédeux shoegazeux pas dégueu de Whipped cream avait commis un album éponyme en 91 :

PopHits14-Whippedcream-theband
On s'éloigne graphiquement de cette seule pochette de Whipped cream pour le lettrage caractéristique d'Herb Alpert, repris dans la pochette pour la folk pop très passable de 2010 d'AM, le genre ni fait ni à faire :

PopHits14-AM.jpg
Dès les années 60, cela inspira d'autres ensembles d'easy listening, comme ces obscurs frères Ohman et leur album introuvable de 1967 :
PopHits14-Ohman-Bros
Mais finalement, c'est le pastiche de 1967 qui est plus trash, par le "rigolo" Pat Cooper. Son comique communautaire italo-américain politiquement très incorrect étant une sorte de mélange de qualité aléatoire mais jubilatoire entre Michaël Youn, Guy Bedos et Dieudonné, le terme rigolo est davantage une qualificatif professionnel objectif qu'un épithète zygomatyque qui ne souffrirait aucun conteste, bien que nonobstant notre difficulté à réellement tout comprendre, l'équipe de Pop Hits se fonde sur une étude exhaustive des 1 660 000 occurences googlesques sur l'asticot qui nous font compisser nos braies pour reprendre un vocabulaire batracien, notamment lorsqu'on l'entend beugler "I'M NOT YELLING ! I'M ITALIAN !" ou "I thought the Sopranos was an opera".
Cooper a dégainé dans les années 60 le subtilement dégueulasse et sublimement pissogène Spaghetti sauce & other delights :


PopHits14-PatCooper
Il y a fort à parier que Cooper fit doublement référence à l'album d'Alpert et au Who Sell out des Who (des qui ?) où (qui ?) Daltrey pateaugeait dans une baignoire de spaghetti Heinz.
Brefle, ce Whipped cream and other delights aura été un album dont la pochette fut des plus inspirantes, et nous n'avons ici qu'effleuré (rrrrrrrrrrrhhh) le sujet.

Whippedcream
PopHits14-atasteofpourcel.jpgLe fantasme du sexe culinaire a donc été bizarrement oublié du registre des pochettes de Pop Hits, le hit parade chanté, et ce bien que largement admis sur les pochettes d'autres disques depuis les années 1960 et pour longtemps encore (les lecteurs noteront qu'on ne parle ici que de pochettes et non de musique crèmeuse, ce qui rallongerait encore cette page un peu lourde et qui fait bondir les services techniques d'over-blog qui ne vont pas tarder à nous coller un blog-rank négatif à force de tirer sur la bande passante sans payer et sans dépasser les 7 visiteurs par mois, y compris mon chien (pas le vieux, l'autre)).

Le directeur artistique de chez Musidisc (l'éditeur des Pop Hits) s'est donc privé d'un filon érotogène, pour rester dans un registre assez chaste, bien que vulgaire de temps à autres ainsi que nous nous plaisons à le décrier à longueur de  pages de ce site finalement pas si pudibond que ça au vu du nombre de nénés que nous aimons à suggérer sous des motifs faussement historico-culturels.


Quand on pense que ma mère ne me sait pas webmestre de Pop-Hits.net mais me croit cuistot à la cafet' du musée du 33 tours de La Chapelle d'Armentières...

Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.


PopHits14-dolores-erickson-nb

Partager cet article

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article

commentaires

Christophe 16/02/2011 14:14



Cool !!!!


 


je ferai un édit un de ces 4 pour l'ajouter, mais je veux d'abord écouter le disque.


 


merci !



Dahu Clipperton 16/02/2011 13:59



Tu connais la version choucroute ?


http://www.bornbad.fr/WebRoot/ce_fr/Shops/240383/490F/0C8E/D8AA/4AAA/921C/3EC1/CD19/C88F/CECILIA.JPG






Lulu dit Loulou 15/07/2010 01:47



Et personne ne rajoute un com pour la version Deluxe de 2010?



Chtif 24/12/2006 15:12

passionnant ! (et super marrant)
juste une précision : sur "who sells out", c'est Daltrey qui patauge dans les haricots...
à noter que dans le fim "Tommy'" de Ken Russell, Ann-Margrett  s'offre une bonne virée culinaire sur le titre "Champagne", avec chocolat, mousseux et cassoulet... (tout ça en s elovant avec un édredon, c'est carrémen tle meilleur moment du film...)

arbobo 11/12/2006 13:39

en relisant ta lettre  (hum, heu, ta note),je m'aperçois qu'o dit kapel meister, mais jamais kapel munster,ce qui est curieux parce que les caves du vatican seraient sans doute un bon lieu d'afinage.et je vois d'ici les étiquettes : "afiné à la crypte, par des maoïste"(comprenne qui pourra)

Anna 08/12/2006 11:42

La consécration ! Félicitations !

Mario C 07/12/2006 22:46

Aah, Body Count, l'excellent groupe de rock basiste d'Ice T, le rappeur-acteur. Allez chez Cactus les amis, ouvrez la radio en Pop up et surfez tranquillous.

Il me faut quand même remercier tout ceux qui font de Pop Hits ce succès, commentateurs, visiteurs qui ne commentent pas, et visiteurs qui commentent mais ailleurs, dans la presse avec du papier. j'ai acheté et c'est donc vrai : l'encadré posté dans le comm 20 par notre ami François Miet a été imprimé à 600 000 exmplaires. Les stats d'over-blog vont être toutes choses et vont peut-être pardonner les pages du présent blog d'être lourdes comme des ânes morts. Toute cette crème, avoue-ons-le, n'est pas très light.

En tout cas, la version 2.0 est de plus en plus attendue. Vivement janvier 2007 ! (il y aura un article entre temps, n'ayez peur).

merci à tous vos comms, mails, fleurs et autres en tout cas.

cactus aime le mot dit 07/12/2006 19:55

Tof je t'ai remis de la zik chez moi !
tu connais " body count "

F.Miet 06/12/2006 19:14

Pour aller plus vite :
MP3  http://pophits.over-blog.com
Pop Hits, le hit-parade chanté

 

** Dans les brocantes, une fois que les bacs à 33-tours ont été vidés de leurs pépites, on ne voit plus qu’elles : les compilations Pop Hits. Reconnaissables à leur couverture kitsch et vaguement érotique, barrée du sous-titre « Hit-parade chanté », les cinquante-trois volumes de Pop Hits ont, pendant les années 70, alimenté les amateurs de tubes rejoués par Mario Cavallero, « son orchestre et ses chanteurs ». Pour autant, fallait-il en faire un blog ? Oui, car il est prétexte à une glose brillante sur les scies en question.  
Thomas Bécard


Télérama n° 2969 - 9 Décembre 2006
 
Y a plus qu'à attendre le son.

F. Miet 06/12/2006 19:12

http://www.telerama.fr/internet/M0612041626533.html

cactus aime le mot dit 06/12/2006 18:39

trop la classe tof t'es retenu dans téléramùa INTERNET en bas et y disent que du bien de toi !
ouaouhhhhhhh !
je m'occupe demain de ta radiio !

mebahel 06/12/2006 12:48

Hep Mario C, tu as vu que Thomas B cause de ce blog dans le TRA papier qui est sorti ce matin?
Page 78 :-)

brendufat 05/12/2006 10:52

Un seul mot : SLURP !

cactus aime le mot dit 04/12/2006 18:45

ça va venir :-)

Mario C 04/12/2006 15:19

Il faut bien reconnaître que regarder le poulet se dandinner sur Trust, ça déchire gravos. J'adore de gallinacée gigotant et héberlué. On l'imagine obligé de se trémousser sur un air de piano bastringue dans un saloon de Nothing Gulch menacé d'un S&W et d'injonctions du type "Danse pied tendre, danse ! danse !".

C'est fou d'ailleurs comme l'esentiel de la sélection radiophonique cactée correspond à mon propre fond musical.

Manque juste les Pop Hits !

Cactus 02/12/2006 23:33

mon TOF à dorer j'ai mis des trucs dingues,ho : petit papa noel par bernie et .......... deux interviews : Dick et Johnny par François Jouffa : que du plaisir plus des trucs piquants , tu me connaîs :-)

rififi 01/12/2006 16:03

Welcome FM :-)avec de telles initiales, il ne peut que nous livrer du son...

Mario C 01/12/2006 12:45

LADIES AND GENTLEMENT, PLEASE WELCOME :
FRANçOIS MIET !!!

Fils sprituel du grand François Miet de l'orchestre de Mario Cavallero, François junior rejoint l'équipe de Pop Hits et sera l'une des pierres angulaires de Pop Hits 2.0, en préparation depuis quelques temps et qui déboulera comme prévu durant l'hiver.

En attendant, outre ses commentaires, François Miet vous livre de temps à autres du son et de l'image, et des compléments indispensables sur l'univers PopHitsien, car sachez le : en plus d'être belge (de Liège), François Miet est un autre fondu qui dispose d'une collec' de galettes impressionnante. À suivre donc, il vous garde des surprises que nous vous présenterons ici, chez lui, chez vous, chez tout le monde qui aime la vie et le bonheur et les photos et les chansons.

A tous : merci, merci, n'en jetez plus, vous me faites rougir de tant de dythirambes.

F.Miet 01/12/2006 11:08

raaaaah... love to love you baby...raaaah ah! ahh! love to love you baby...aaaaaaaah!...
Ici, ce n'est plus de la crème mais de la meringue :
http://www.youtube.com/watch?v=FfPgyK9QY5Q&mode=related&search=Une Summer particulièrement hormonale lors d'un live en Italie en 1977...

F.Miet 30/11/2006 21:09

Manquait plus que Ségolène Royal tiens! Ca prouve bien que le niveau monte au fil des articles. Et il reste encore 53-14 articles potentiels!
Elle doit bien avoir acheté un Pop Hits un jour dans un monomarché quelconque, comme hyperprix, Carreclerc ou Lefour, un après-midi de cette canicule 76 où les artères dilatées drainaient un sang chaud vers le cervelet, anihilant toute barrière morale (quoique ça doit être une femme phallique; elle devait sûrement préférer un bon 13 Super Succès).
Mais ce Cavallero, quel génie! Merde quoi, il fallait être doté d'un sens aigu de la cohérence, celle-ci d'ailleurs quasi d'ordre hypomaniaque, pour proposer un track-listing aussi logique : Love to love you baby, Jane La Tarzane, Malheur à celui qui blesse un enfant, etc. C'est cousu de fil blanc!

Axi 30/11/2006 17:37

Excellentissime !!Le rythme de parution de ce blog est largement compensé par le rapport qualité-quantité proprement ébouriffant des articles.Et moi qui croyais que Desproges était mort... alors qu'il s'est réincarné en Mario Cavallero Junior !...Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire...

sev 30/11/2006 17:09

Enfiiiinnn! C'est pas trop tôt!Et quand je dis ça, c'est pas seulement pour l'article hein, c'est aussi paske pour la 1ère fois y a des photos d'hommes dénudés sur ton blog. Bon c'est pas du premier choix ni du super glamour, mais c'est un bon début!

cactus aime le mot dit 30/11/2006 16:45

ROOOOOOOO merci Tof : tu réécris ! ( je t'ai mis une radio Tof chez moi tu verras )
sinon je continue mon enquète !!

rififi 30/11/2006 12:57

faut vraiment tout lui dire à arbobo  ;-pmais il faut reconnaitre qu'on la voit pas beaucoup la crème sur la pochette...et puis au moins comme ça, ça me donne l'occasion d'écrire un peu plus que ça :Waoooooow !!!!mais c'est sincère(ZHF : hontamoi, je sais plus ce que c'est PO? GO? OC? )

Mario C 30/11/2006 08:18

La crème !

arbobo 30/11/2006 01:09

rahhhhhhhhhhhhhhhque c'est bon.au fait, quel est le rapport avec la pop-hits 24?

arbobo 30/11/2006 00:28

là, je surfe en écoutant en même temps via dailymotion un débat de ségolène royal. autant dire que j'ai du mal à lire ton article.satanée royal!vais encore me coucher à pas d'heure pour pouvoir te lire les oreilles libres.j'adore ces pastiches de pochettes en séries (mais bon, on a les mêmes signets, je vais pas m'étendre et spoiler un futur billet).

mebahel 29/11/2006 21:35

A-hu-ris-sant.
Mais ça évidemment, y'a que moi qui ose le dire :-)