Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le ouèbe résolument 7.0

Pop Hits, le hit parade chanté, c'est 10 ans, 54 albums vinyl (et quelques musicassettes), 634 reprises de chansons et quelques inédites, les pochettes les plus cheesecake de la galaxie, la qualité française aux éditions Musidisc International, une quintessence musicale orchestrée, dirigée et digérée par le Ray Coniff hexagonal, Monsieur Mario Cavallero en personne : c'est Pop Hits, le hit parade chanté.
Hmmm !!!

English version below
Mode d'emploi


Mais C'est Où ?

en direct d'internet

Pop-Hits-cliquez

cliquez, c'est gagné !

Rétroviseur

english spoken

This web site is dedicated to a french series of cover compilations of "hits" during the 70's : Pop Hits, le Hit parade chanté. Songs of the moment (the best and the worst ones) were badly covered by Mario Cavallero, his orchestra and his singers. The seasonal productions were magnificaly packed into cheesecake covers. In fact, the main (only ?) interest of this site. Check out in priority our Des pochettes section to watch and enjoy this artwork, climax of the french touch.

Les Plus Du Service Pop Hits

écoutez, c'est le son Pop Hits

LogoPopHits

17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 21:18
Femme, Femme, Femme

Eh l'ami mets ton habit de fête
Ton coeur de paillettes
Et ton regard heureux
Ce soir je t'emmène
On va faire la fête
Tous les deux
La fête charnelle
Avec les plus belles
J'ai gagné le gros lot
Ce soir c'est la vie de château

Femme, femme, femme, fais-nous voir le ciel
Femme, femme, femme, fais-nous du soleil
Femme, femme, femme, rends-nous les ballons
Les ballons rouges et ronds de notre enfance
Femme, femme, femme, fais-nous voir l'amour
Femme, femme, femme, sous son meilleur jour
Femme, femme, femme, fais-nous in the room
Du Prosper youpla, youpla, boum

Eh l'ami ce soir c'est la bourrasque
Je t'achète un masque
Et une chemise en soie
Ce soir je t'emmène
Sors tes grands je t'aime
De galas
Paris s'illumine
Comme une vitrine
De Trenet, de Chevalier
Ce soir on est les héritiers

Femme, femme, femme, n'aie pas peur de nous
Femme, femme, femme, on n'est pas voyous
Femme, femme, femme, choisis ton endroit
Nous, on s'y connaît pas, on t'fait confiance
Femme, femme, femme, on n'est qu'deux amis
Femme, femme, femme, qui s'payent un sam'di
Femme, femme, femme, fais-nous in the room
Du Prosper youpla, youpla, boum

Femme, femme, femme, fais-nous robe du soir
Femme, femme, femme, champagne et caviar
Femme, femme, femme, ce soir c'est férié
On n'va pas regarder à la dépense
Femme, femme, femme, fais-nous confetti
Alcazar et tutti quanti
Femme, femme, femme, fais-nous in the room
Du Prosper youpla, youpla, boum

Femme, femme, femme, fais-nous Marengo
Luna-parc et Monte-Carlo
Femme, femme, femme, fais-nous genre Zizi
Au casino de Paris quand elle danse
Femme, femme, femme, fais-nous langoureux
Du spécial et du larmes aux yeux
Femme, femme, femme, fais-nous in the room
Du Prosper youpla, youpla, youpla, youpla, youpla, youpla, boum

Ah, Serge... coécrit avec Alice Dona, inamovible secrétaire de la Sacem, Femme Femme Femme est le climax de l'hommage masculin au sexe capiteux sous VGE. Toute une finesse que même Bigard ne retrouvera jamais, car il n'a pas le côté d'après-guerre qui nimbe la sexualité fantasmatique de l'autre nabot Corse.

Mais trève de prétexte phallacieux pour éviter d'introduire notre émoi du jour, émoi agoni à la face du ouèbe à défaut d'emmerder Jean-Claude le patron du Khédive, avenue Sadi Carnot face aux Dames de France et Régine Coiffure (c'est du bol qu'elle s'appelle Coiffure la Régine vu que c'est ce qu'elle fait : coiffeuse. Pas le meuble, le métier).
Jean-Claude (c'est du bol qu'il s'appelle Jean-Claude, finalement) me disait pas plus tard que la dernière fois que, quand même, Koh Lantah c'est pas mal mais l'Ile de la tentation a des plages plus sympas, "si vous voyez c'que j'veux dire".

Tu parles que je sais c'que tu veux dire gros naze :
tu aimes les filles sur les plages, toute cette écume sur la peau, que tu reluques sous la visière de ta casquette Buffalo Grill en faisant semblant de faire des Sudoku alors que tu ne comprends même pas le japonnais, et compter en nipon, n'en parlons pas. Mais compter les nichons, ça, tu aimes*. Heureusement que ta Huguette n'a pas voulu divorcer et qu'elle te traîne toujours te fourrer du sable dans le short à la Grande Motte, ça te fait un alibi culturel moins cher que les cabines à 5 euros bld de Clichy. En plus, tu peux tater discretos la marchandise au rayon des fruits et légumes du Leclerc route de Béziers, scusez moi mademoiselle, je voulais attrapper les poires.

Tu parles d'une poire. Alors, comme mon psy m'a dit de ne pas discuter politique avec ma mère et cul avec mon limonadier (ou le contraire, je ne sais plus), j'expose à la cantonade mes interrogations insondables sur les turpitudes du français moyen qui doit bien trouver quelque avantage à claquer 42 balles de l'époque pour acquérir des compiles pourraves de reprises de demi-tubes du moment, comme ce n°40 de Pop Hits, le hit parade chanté, dont Mario Cavallero, maître des musiques, trouva l'immense voix de François Miet pour remplacer au pied bot levé Lama qui toujours faire ainsi quand il est fâché.

Vous rendez-vous compte ? 4 heures de SMIC pour des gallettes plastoque emballées piteusement qui ont fait les beaux jours des éditeurs des diverses collections de compilations aussi humides que Pop Hits le hit parade chanté, dont pas moins de 9 pochettes sur les 53 de cette série alignèrent des jeunes femmes assez dévétues, le tee-shirt ou la tunique généralement détrempé pour laisser poindre des tétons turgestifs, des échancrures des hanches qui montent aux aisselles, des regards semi-coquins qui semblent dire "toi mon pépère je t'ai repéré, ça te dirait qu'on aille s'écouter toi et moi Mario Cavallero, son orchestre et ses chanteurs sur ton combiné ITT platine avec chargeur 15 disques - tuner PO GO FM stéréo - magnétocassette options Ferromagnétique et Chrome dans ta chambre au premier étage de chez ta mère où tu habites toujours alors que tu as 37 ans et que tu est commercial à la concession Renault du centre-ville ?". Qu'elle semble dire. La dame. Légèrement vétue. Et mouillée.

Mais si ce n'était que ça ? Le décorum joue aussi avec les accessoires majeurs de la naïade de pochette d'album de supermarché : le sable, le ciel bleu et l'eau. L'eau qui gicle, l'eau qui coule, l'eau qui écume.

"Vas-y Fiona, laisse toi aller dans les embruns" lui conseillait généralement le Michel Laguens du moment. Alors qu'elle ne s'appelle nullement Fiona mais Isabelle, ce qui est quand même moins vulgos, et qu'elle croit que les embruns c'est une station de ski. Alors que c'est même pas ça, mais c'est pas grave parce que le photographe ne sait pas non plus et confond la houle et les embruns, sans contrepéterie. Ce qui ne l'empêche généralement pas de bien cadrer ce
qui fera languir en 30 cm quadri cartonné le chaland à Euromarché, une nouvelle race de magasins.

Des fois, cet effet aqueux et jaculant est joyeux, presque festif et dénué
d'arrières pensées sexuelles. Comme ce Succès d'été de 1972 chez MFP. Mais souvent, c'est plus glauque, pathétique même, comme cette production angoumoise (parce que angoulêmoise ça faisait trop lourdingue à dire et que vous n'avez qu'à relire votre petit baleinié avant de poser des questions déplacées sur un blogue culturel que même Louis Bozon aurait souhaité en être alors hein bon) du label Aline, qui a commis en 1982 Hit Radio TV vol. 5, excusez du peu pour le titre, offrant une salivante brochette de reprises des grands succès du moment par les infâmes The Biggest, groupe sûrement tout aussi picto-charentais que le label vu la qualité de sa prestation musicale. Self control, Toute première fois et Break dance party ne s'en sont toujours pas remis. Dommage.

Alors pourquoi donc tant de mauvais goût maritime récurrent dans ces photographies ? Interrogeons un chanteur dinch' Nord qui commit en 81 ce petit bijou qui a donné le titre à l'article du jour, et sûrement de la semaine car les responsables de ce blog ne sont pas que VJ, DJ et artistes multimédia mais ils ont aussi une vie de famille à côté et un métier fort honorable avec un ordinateur
et des tickets restau.

J'aime
J'aime regarder
les filles qui marchent sur la plage
Sur leur peau le soleil caresse bien trop sage
Le vent qui les décoiffe
Un goût de sel sur mes lèvres
J'aime
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Les hanches qui balancent et les sourires fugaces
Je regarde les vagues qui jouent avec leurs corps
J'aime
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leurs poitrines gonflées par le désir de vivre
Leurs yeux qui se détournent quand tu les regardes

J'aime
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Le soleil sur leur peau qui joue à cache-cache
Et des ambres solaires le parfum volage
J'aime
Regarder les filles

J'aime regarder les filles
Regarder les filles
Regarder les filles
 
J'aime regarder les filles
Les filles
J'aime regarder les filles
Le soleil sur leur peau
Leurs hanches qui balancent
Leurs poitrines gonflées

J'aime regarder les filles
J'aime
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Quand elles se déshabillent et font semblant d'être sage
Leurs yeux qui se demandent mais quel est ce garçon
J'aime
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leurs ventres qui se collent sur le sable chaud
Le vent qui les décoiffe et les sourires fugaces
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
J'aime
Regarder les filles
Regarder les filles
Regarder les filles

Merci Patrick, on t'adore, on t'écoute, on te mixe, on te lit. Patrick Coutin. Avec un nom comme ça, il aurait pu écrire des textes de pervers, genre
Fais-moi jouir, Sexy Suzy ou Stone de ton corps. Et encore, vous n'avez pas vu sa gueule, sauf si vous vous souvenez de la pochette du 45. Il est tellement salace qu'on ne saurait gâcher l'étalage de cette page par son oeil torve et sa pilosité maxilaire. Brrr, on en tremble rien qu'à y penser. De toutes façons, ce qui nous intéresse, c'est la prose de notre homme, et la signification de ce que nous livre une bluette apparemment très innocente, mais méfions nous de l'eau qui bout et du loup à terre car tel un ogre il mange parfois le petit Chaperon rouge le soir au fond des bois. Le salaud.

Finalement, le genre sablonneux, qui avait connu sa première heure de gloire avec Vadim et Bardot au mitan des 50's du attendre 1982 pour que le mythe revienne prendre corps en pochettes et film publicitaire. D'abord le craignossissime et succulent 28° à l'ombre de Jean-François Maurice (en fait c'était Jean Albertini, producteur de C Jérôme et Michele Torr. La première version de 28 degrés était sortie en 1978 mais avait moins bien marché, faute de pochette affriolante), avec son "Monaco, 28° à l'ombre. Il fait chaud" susurré de la suave voix d'Émile Louis (enfin on dirait).

Le second revival musico-plagesque reste dans les mémoires de la France post-giscardienne sous les traits d'un cadre moyen enfoncé dans son canapé et rêvassant devant le rendu
exceptionnel de l'image et du son de son poste de télévision couleur Telefunken tellement pile poil qu'il s'y croirait en train de gambader par les flots vers une coquette aux cheveux courts et mouillés tout comme sa nuisette Petit bateau et sa culotte mini coupeur. Telle Vénus sortant des eaux, ou plutôt Ursula Andress, la madame chatain et fort peu blonde pour une fois faisait vibrer 20 millions de scrotums à travers la France télévisuelle ébahie, mais regrettant quand même de ne pas avoir un Telefunken couleur grand écran pour profiter de toute la fraîcheur du message. Le second épisode de la saga publicitaire (qui n'en compta que deux) est moins rigolo. La musique langoureuse et les paroles d'Eden is a magic world susurrées par un "mâle" un peu douteux (le lien renvoit vers notre confrère Arbobo qui a aussi parlé de cette pochette, aucun lien avec ce qui précède, bien entendu) sont étonnament réussies et fidèles au reste du concept pubesque (?? mais ne dit-on pas pubien ?), par la grâce des deux compositeurs de Richard Clayderman et fondateurs du label Delphine, Olivier Toussaint et Paul de Senneville, sous le délicat étandard de Pop Concerto Orchestra. Mario Cavallero n'a plus qu'à aller se planquer, ce qu'il avait d'ailleurs fait l'année précédente.


Heureusement que le chercheur Jean-Claude Kaufman nous a expliqué très doctement dans sa Sociologie des seins nus que tout ça est bien naturel et pas beaucoup plus salace que de sucer des Kim Cônes.

Mais ça, évidemment, personne n'ose le dire.

* Quoi ? Vous cherchez quelque chose ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Mario Cavallero Jr - dans Pop Hits - le hit parade chanté
commenter cet article

commentaires

jerry ox 16/02/2015 22:29

La fameuse série du Hit-Parade Chanté avec ces pochettes si accrocheuses. La collection de l'été 1978 avec "Femme, Femme , Femme" ,"Adieu Minette" et "Ma préférence" (pour ne citer que ces 3 tubes de Serge Lama, Renaud et Julien Clerc) est une perle tant pour la pochette que pour l'interprétation de l'orchestre . Jolie imitation de Renaud pour le Hit-Parade Chanté du printemps 1980 avec "Marche à l'ombre" ainsi que "Je n'ai pas changé" de Julio Iglesias . Un must pour les collectionneurs !

arbobo 24/11/2006 01:07

ah ça, c'est clair que tu promeus, des promeusses, toujours des promeusses

Mario C 23/11/2006 14:04

Peuh eh l'autre he !

Même pas mal.

De toute façon, je suis en tournée promotionnelle. Je fais partie de ces artistes rares mais tellement attendus à chacune de leurs... bouses.

sev 23/11/2006 12:55

Ah ça pour aller commenter chez les voisins y a du monde hein! Mais quand il s'agit de pondre un nouveau billet, y a pu personne... De qui se moque-t-on?

cactus 13/11/2006 11:54

T'accepte les petites couettes chouettes j'ai vu chez Anna d'ou mon repass'âge là !

Mario C 31/10/2006 12:27

Bof, le blog rank, ici, on s'en tamponne un peu le coquillage, vu que le poids des photos n'est pas très apprécié par over-blog, notre taulier, qui met des gros malus pour chaque image un peu lourde. Et comme qualité et quantité riment un peu question bonne définition des images...

Alors le prochain article ? B'en je crois que dans quelques jours, l'équipe aura un peu d'air question boulot et pourra se replonger dans ses galettes salaces.

Question vitesse des sus-dites galettes, c'était effectivement du 33 tours sur des disques 30 cm. Cela m'étonnerait qu'il y ait eu autre chose que des LP dans cette collection, comme dans la plupart d'ailleurs des séries de reprises des tubes du moment. J'ai toutefois dégotté un EP 4 titres dont je vous parlerai un de ces jours, la pochette étant aussi de Michel Laguens.

rififi 31/10/2006 11:45

et puis COUCOU ici aussi... et pour soigner le BR, y'a pas de raison.c'est pour quand la suite ? ;o)(A45 : ici c'est plutôt des 33, non ?)

Mario C 26/10/2006 12:45

On lui donne 18/20 alors à deleted ?
Ca les vaut largement je crois.

arbobo 26/10/2006 11:27

commentaire 27 pointu, argumenté, convainquant, passionnant, enthousiaste;o)

Mario C 26/10/2006 08:15

2, c'est déjà ça ! Merci m'sieur ou m'dame, z'inquiétez pas, je ne vais pas pous délétez
Je pense savoir d'où vous venez d'ailleurs.
Toujours courageux hein ?

deleted 25/10/2006 22:52

Blog lourdingue, mal conçu, difficile à lire, ennuyeux2/20

Mario C 25/10/2006 20:40

Haa, un esthète ! Bienvenue ici MuMM, c'est un honneur (ou plutôt un encouragement, car nous ne faisons pas grand chose au niveau des photos, non retouchées par nos soins) un tel avis de ta part.
Sache que, même si je suis assez critique, en fait, il y a certaines pochettes que je trouve pas mal, voire très belles.
Mais bon, les Pop Hits, c'est pas toujours ça quand même. Il y a d'autres séries plus esthétiques (on peut visiter certains liens en colonne gauche, ceux qui commencent par CC, comme CheeseCake).
En revanche, bien que les pochettes sont parfois laides, les filles sont généralement mignones, certaines jolies, quelques unes vachements bonn... euh sympas. Mais trop souvent dans des postures si vulgaires...

Reconnaissons que DJ Cyberdog et moi sommes assez impressionnés par la pochette n°40, celle en tête de cet article. Pour diverses raisons, que nous vous laissons découvrir...

MuMM 25/10/2006 18:51

Le pied-bot levé, fallait oser !
Bien, quoi, elles sont très jolies, ces pochettes !

arbobo 25/10/2006 14:42

comment ça, ici tu sais?tu es la soeur de michel laguens, auteur de la plupart de ces pochettes crapuleuses, sev? ;-)en dehors de Pop-hits et ses 53 numéros, il existe plusierus collections, réparties avec désinvolture entre mon salon et celui de Mario, qui permettent d'alourdir notre passif.si j'ajoute les dizaines d'autres conneries qui encombrent mon parquet, on a de quoi continuer un certain temps notre hommage à la sous-culture populaire (qu'on surnommera à bon compte : soupe populaire).

sev 24/10/2006 18:15

C'est pas que je m'inquiète... mais un peu quand même paske au moins chez toi je comprends de quoi qu'on cause (pas comme chez d'autres que je ne nommerai pas paske je sais que tu l'aimes bien ArbobbyEwing)
L'art de répondre d'un blog à l'autre...

Mario C 20/10/2006 23:08

Merci de ton inquiétude chère Sev, ou d'un égoïsme anticipé. C'est bien les gosses ça, ils reçoivent des cadeaux et pensent déjà que pendant un an ils devront attendre leur nouvel anniversaire. ;o)
Rassurez vous tous. D'abord, il m'est arrivé d'en faire tous les 3 jours au début. Donc ça pourrait être beaucoup plus rapide, surtout si je fais des traitements par lots.
Par ailleurs, il y a d'autres collections que Pop Hits. Mais j'ai bien l'impression qu'elles seront traitées parallèlement.
Résultat : je pense que 53 chroniques seront pas mal, et qu' j'aurai sûrement d'autres sujets plus passionnants à traiter.
Pour le moment, j'ai commencé par l'insignifiant, pour être prêt jusqu'au web 11.0

Mais surtout, n'oublions pas que mes camarades DJ cyberdog et VJ Carlotta ne sont pas encore entrés dans l'arène. Car si vous croyez qu'on a prévu de ne faire que des petites chroniques avec quelques pochettes...

Un DJ.

Et un VJ.

sev au patron 20/10/2006 14:27

53? n'en dis pas plus Mario, je viens de réaliser que le compte à rebours à commencé... Bon t'en as fait 13 (c'est bien ça?), il en reste donc 40 (ouai chui une matheuse et alors?). A raison de 1 toutes les 2 semaines... pouf pouf... restent 80 semaines, et autant pour trouver une autre mine d'or. Ah bah oui hein, tu crois pas que tu vas nous laisser tomber quand t'auras épuisé le hit parade enchanté?

Mario C 20/10/2006 10:07

Mais si Riquiquette, la musique qu'elle est dedans est si belle, si belle

rififi 20/10/2006 08:28

Journée de formation hier : le type idéal, qui ne peut pas s'adresser à une fille sans une fine allusion censée être spirituelle, qui illustre ses "cours" avec de jolies photos-montage: lui en gros plan, lui en chippendale, lui avec Julia Roberts... et l'inévitable moto. Je vous laisse imaginer le décor, digne héritier des photographes/producteurs de Cavallero.
Pourquoi ces filles pour vendre de la musique ? mais c'est la pochette qui compte, pas ce qu'il y a à l'intérieur.

Cathie 19/10/2006 19:42

Le fond est discutable, et pourtant ce texte me séduit depuis l'enfance. (Est-ce aussi vieux que je le soupçonne?)
Et de toute manière, un petit fantasme n'engage à rien...
 

Mario C 19/10/2006 17:26

B'en écoutez, ça a été assez rapide pour trouver les paroles, et je vous les livre :

"Dans un harem byzantin
Où pour trouver le paradis
Je m'étais déguisé en chien
Une esclave m'a dit :

Moi je voudrais des perles lourdes
Des perles noires des émaux
Être muette et presque sourde
Pour que tu me berces de mots
Des mots qui ressemblent à la mer
Des mots où l'on voit à travers
Des mots d'amertume et d'amour
Des mots tendres et des mots lourds
Moi je voudrais des chambres pleines
Où je m'étendrais toute nue
Cerclée de chiennes et de chaînes
Buvant des boissons inconnues
Des boissons de vie et de mort
Des coupes pleines à ras bord
Où poser mes lèvres mouillées
Sur des sofas agenouillée
Moi je voudrais un noir esclave
Aux dents blanches fortes et cruelles
Qui partagerait mes entraves
Et qui m'emmènerait au ciel
Dans la moite langueur du soir
Moi toute blanche lui tout noir
Il mordrait mon corps en rampant
Avec des lenteurs de serpent

Moi je voudrais être une fille
Qu'on épuiserait de plaisir
Derrière des vitres et des grilles
Jusqu'à dormir jusqu'à mourir
Sous mes paupières violacées
Tu vois je n'ai qu'une pensée
Être une femme pour de vrai
Une vraie femme s'il-te-plait"

M'ouais, au finale, Serge Lama, ce n'est vraiment pas mon type d'homme...

Mario C 19/10/2006 17:23

Houlala, mais c'est "L'esclave" ça si je ne me trompe, non ? Elle souhaite ensuite plein de trucs assez olé olé pour être enfin du femme, une vraie femme.
Il faut que je recherche parce que j'en ai un souvenir assez ambigu, et je n'ai jamais compris si c'est un hommage ou franchement pallocrate. A mon souvenir les deux.

Cathie 19/10/2006 16:58

Sur le bout de ma langue mais se refusant, le nom d'un chroniqueur de cinéma de France Inter qui oeuvrait en un temps indéterminé mais lointain, et dont le phrasé me résonne aux oreilles dès que je te lis.
Agacement...
Et par pitié, quel est le nom de cette chanson de Lama débutant par ce récitatif approximatif:
"Dans un harem byzantin
où pour trouver le paradis,
je m'étais déguisé en chien,
une esclave m'a dit..."
 
Je t'embrasse.

Mario C 19/10/2006 16:45

Sev, je m'aperçois que je ne t'avais pas posté ma réponse au comm 9 :

Dans le métro ! mais ce n'est plus de l'amour, c'est de la rage !

Merci en tout cas, mais je crois que rareté et qualité ne sont pas liées, mais c'est quand même 4h d'un coup, car je suis incapable de faire autrement en plusieurs fois. Alors je vais quand même essayer de faire au moins toutes les quinzaines à peu près.

Jusqu'à la fin des 53...

Mario C 19/10/2006 16:40

Ca oui Sev, elles pourraient être n'importe où à poil que ça marcherait tout autant.

Si tu veux des compiles avec de la belle mécanique, pas de problème. C'est même un genre que le secteur automobile et mécanique adore : la fille à poil sur la bagnole ou au milieu des pots de graisse ou à califourchon sur la moto, etc.
Pour les habitué(e)s des ateliers mécaniques, on y retrouve souvent accrochés aux murs des calendriers de pin ups souvent franchement porno, et généralement d'un érotisme mécanique assez osé.
Sur des pochettes de compiles, je préparerai pour un jour une thématique là dessus.

Pa rapport au côté anachronique, c'est justement ça qui m'étonne : pourquoi ces filles pour vendre de la (mauvaise) musique ? Si ce n'est pas anachronique ça...

sev 19/10/2006 13:42

C'est pas faux "l'image positive ou valorisante"... Mais à mon humble avis, les compil auraient quand même marché si les filles avaient été plantées dans un décor champestre, de garage Renault ou de station de ski. Le monokini/T-shirt mouillé aurait pu toutefois avoir quelquechose d'anachronique...

Mario C 19/10/2006 12:31

Je pense que c'est différent pour le Pop concerto orchestra : passages télé + pub marrante + pub transgressive pour l'époque = pas mal de raisons pour populariser le morceau.

Sans parler du sticker Vu à la TV qui cartonnait à l'époque.

Marie Do, ma compagne, a en partie sa théorie sur cette force de l'image plagesque, mais m'en avoir parlé lui suffit largement, elle ne veut pas contribuer au blog, donc voici en substance sa thèse :

La plage, le soleil etc. représentent une image très positive et valorisante, une incarnation du bonheur. Ce qui expliquerait l'usage commercial assez important qui en est fait.

Voilà. D'accord un peu, mais pour ma part, ça oublie que c'est d'abord les filles à moitié à poil qui sont mises ici en valeur.

Et vous, qu'en pensez-vous : pourquoi des filles à poil sur les compiles pourraves ?

sev 19/10/2006 11:28

PS : jamais acheté un Pop Hits, en revanche je me souviens bien qu'au milieu des 45T de mes parents trainait le mythique Pop Concerto Orchestra.Avec le recul, je me demande bien ce qu'il foutait là, paske c'était pas vraiment leur genre de musique, à moins que... La musique n'était ptête pas la seule motivation ayant prévalu à l'achat de ce chef d'oeuvre... damned! Toute une éducation modèle remise en question.

sev 19/10/2006 10:40

Je ne sais pas si c'est la rareté qui fait la qualité de tes billets Mario, en tout cas, MERCI! Me suis payé une bonne tranche de rigolade (dans le metro qui plus est...)
45B

Mario C 19/10/2006 09:51

Il semblerait qu'Arbobo ait été troublé par l'effet d'ombre de la culotte de notre naïade de ce n°40 de Pop Hits. Troublant en effet : à l'époque, même s'il n'y avait pas photoshop, il y avait l'aérographe pour retoucher finement à la peinture les photos. Et cette tâche sombre n'a pourtant pas été supprimée : est-ce voulu par le photographe de l'époque (Transworld est crédité sur la pochette, mais je ne sait pas qui est derrière cette agence) ? C'est aussi l'éditeur, en l'occurence Musidisc internationnal et son responsable de collection qui ont choisi cette photo : une petite psychanalyse de ces gars, croisée avec un enregistrement des discussions à l'époque du choix ("hahaha, tu va voir, avec celle-là, on va en vendre des camions du Mario") seraient passionnants.
Ne serait-ce que retrouver les acteurs d'époque pour comprendre leurs motivations, y compris quelques acheteurs.

Appel à témoin : quelqu'un a-t-il déjà acheté un de ces disques à l'époque ? ou connait-il personnellement quelqu'un qui l'a fait ? témoignage anonyme garanti !

arbobo 19/10/2006 00:28

en fait, et ça on c'est flagrant quand on passen en revue toutes les pochettes de laguens d'un côté, toutes les pop-hits de l'autre (et ça se recoupe), ce qui tue c'est le détail. Un regard, une position d'un bras, ou pour la pochette du jour un fond de culotte ambigu qui rend une scène de plage soudain au mieux sexuelle, au pire franchement glauque et perverse.Or la frontière est souvent mince, sur ces pochetes comme dans beaucoup d epub, et pour sombrer comme à mon habitude dna l'idéologie, dans notre société.tagada, tsoin tsoin.

arbobo 19/10/2006 00:25

sans plage, sans eau, sans sable, sans t-shirt mouillés et sans meuf, est-ce que ça marche aussi?bon, moi... hein.. ce que j'en dis....

Mario C 18/10/2006 12:27

ha ouiiiiii... Dave, mais c'est bien sûr et très approprié, même si le batave avait une vision beaucoup plus romantique et chaste que les pervers suscités.

laurence 18/10/2006 11:51

En fait, c'est pas qu'elle vole au vent léger, mais qu'elle balance... et en plus c'est même pas une plume à la base, mais fallait bien que je fasse un lien genre double salto arrière arrivée écart ... mes souvenirs datent un peu... désolée de t'avoir enduit d'erreur avec tous mes pinceaux :pp
http://www.frmusique.ru/texts/d/dave/dansezmaintenant.htm

Mario C 18/10/2006 10:12

Alors là je cale sur la plume qui vole au vent léger. Qui a bien pu chanter ça ? Vas-y aide nous : elle avait un tee-shirt mouilé ou quelque chose comme ça ?

rififi 18/10/2006 08:37

Ma parole, il a mangé du Topset !

laurence 18/10/2006 04:19

wouahou.
je dis pas ça pour les pochettes des filles (et inversement) mais bien pour la plume.
qui vole au vent léger... (chant" par qui ça?)